La France dans le 'top 5' des exportateurs d'armement

  • A
  • A
La France dans le 'top 5' des exportateurs d'armement
Partagez sur :

Avec 6,5 milliards d'euros de commandes en 2012

Le marché français de l'armement ne connaît pas la crise. D'après le rapport annuel du ministère de la Défense, le pays s'est maintenu dans le 'top 5' des exportateurs mondiaux en 2011. 6,5 milliards d'euros de commandes en 2012 L'an dernier, le pays a enregistré 6,5 milliards d'euros de prises de commandes, le marché de l'armement et des dépenses militaires s'élevant au niveau mondial à 1.251 milliards d'euros. Avec 8,5% des exportations mondiales, la France se situe ainsi en quatrième position sur la période 2006-2011, derrière les Etats-Unis (44%), la Russie (14%) et le Royaume-Uni (11%). Le 'top 5' est complété par Israûl qui détient 5% de parts de marché. Toutefois, le rapport du ministère souligne l'arrivée de nouveaux acteurs souhaitant développer leur base technologique et industrielle de l'armement. C'est notamment le cas de pays comme la Chine, le Brésil, l'Inde ou encore de l'Afrique du Sud. En Asie, "les dépenses militaires dépasseraient celles de l'Europe", souligne le rapport. Le Moyen-Orient, principal destinataire sur la période 2006-2011 Le Moyen-Orient représente sur la période 2006-2010, 26% des prises de commandes de la France. Viennent ensuite l'Amérique latine et l'Asie-Pacifique avec 21%, et enfin l'Europe avec 17%. Sur la seule année 2011, la région Asie-Pacifique prend cependant la première place avec 42% des commandes, émanant surtout de l'Inde et la Fédération de Malaisie. Une offre qui repose sur un tissu industriel dense Le rapport souligne que l'offre du marché de l'armement français est structuré autour d'une dizaine de grands groupes tels que Thalès, EADS, SAfran, Dassault Aviation, mais pas seulement. En outre, 4.000 PME de défense participent aux contrats en tant que sous-traitants. Pour soutenir davantage les petites entreprises du secteur, le ministère de la Défense prépare d'ailleurs un plan visant à leur faciliter l'accès au marché aux commande à l'export. Sa mise en oeuvre est programmée pour la fin de l'année.