La France croit toujours à un accord en Grèce

  • A
  • A
La France croit toujours à un accord en Grèce
Partagez sur :

François Baroin a "bon espoir que ça se conclue", malgré une nouvelle suspension des négociations ce weekend...

Nouvelle pause ce weekend dans les négociations en Grèce... Charles Dallara et Jean Lemierre, les négociateurs de l'Institut de la finance internationale (Ifi) qui regroupe les créanciers privés d'Athènes, ont quitté le pays pour Paris. Mais les discussions doivent se poursuivre, d'après des sources proches de ces pourparlers. Le ministre français de l'Economie, a voulu rester optimiste dans ce dossier : "J'ai bon espoir que ça se conclue", a déclaré François Baroin au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. "Ce sont des suspensions, sur des sujets importants, c'est normal", a-t-il estimé. Les créanciers privés estiment soumis leur "offre maximale" de décote, qui atteindrait 65% à 70%, selon des sources proches des négociations, qui évoquent un nouveau délai de l'ordre d'une semaine pour aplanir les désaccords... Les discussions achopperaient en particulier sur le montant des taux d'intérêt sur les titres que recevront les banques et autres créanciers privés en échange de leur abandon de créances. La Grèce négocie désormais depuis des mois les modalités d'un échange de dette, afin d'obtenir le montage d'un deuxième plan d'aide de 130 milliards d'euros. Sans lui, Athènes pourrait faire défaut dès la fin du mois de mars.