La France a profité du moratoire allemand sur le nucléaire

  • A
  • A
La France a profité du moratoire allemand sur le nucléaire
Partagez sur :

Elle est passée d'une position d'importatrice à exportatrice et aurait engrangé près de 370 millions sur 9 mois...

Suite à la catastrophe de Fukushima en mars 2011, le gouvernement allemand a pris la décision de l'arrêt immédiat des sept réacteurs les plus anciens et le non redémarrage d'un huitième. Une situation qui a profité à l'industrie nucléaire française, montre une étude de SIA Conseil publiée mardi. Le cabinet estime qu'en comblant rapidement la baisse de capacité totale de 8.300 Mégawatt de l'Allemagne, la France a encaissé "un jackpot" de 369 millions d'euros sur neuf mois. En outre, en comparant la période mars 2010 - décembre 2010 à cette même période de 2011, le solde France/Allemagne a progressé de 1000 MW, Paris passant d'importateur (-500 MW) à exportateur (+500 MW). Une situation qui devrait encore perdurer cette année. "Malgré cette hausse de revenu pour la France, il ne faut pas se tromper dans le chiffrage réel de la sortie du nucléaire allemand : les consommateurs européens vont devoir payer la note qui, selon l'estimation de certains opérateurs comme E-ON, avoisinera un surplus de 5 euros/MWh sur leur facture d'électricité", prévient toutefois le cabinet. Cette sortie du nucléaire implique en effet des investissements dans le démantèlement et dans les énergies renouvelables qui auront un impact à l'échelle européenne du fait de la globalisation des marchés électriques et de CO2.