La Fédération bancaire française contre la baisse des commissions d'interchange

  • A
  • A
La Fédération bancaire française contre la baisse des commissions d'interchange
Partagez sur :

La Commission européenne souhaite les plafonner, espérant une amélioration des marges pour les commerçants, et donc une baisse des prix pour les clients.

La Fédération bancaire française ne voit pas d'un bon oeil la proposition de la Commission européenne concernant l'instauration de plafonds pour les commissions d'interchange, ces frais facturés par aux commerçants pour tout achat effectué par cartes de débit ou de crédit dans leur magasin. Menace pour la sécurité bancaire D'après le projet de Bruxelles, un taux maximum à 0,2% de la valeur de l'opération serait fixé pour les opérations à débit et à 0,3% pour celles à débit. L'exécutif européen estime qu'avec cette mesure, les co�"ts supportés par les détaillants et par les consommateurs seront moins lourds. Or, la Fédération bancaire pense que "celle-ci est susceptible de menacer l'innovation et la sécurité des transactions par carte", et rappelle "la nécessité de maintenir un niveau d'interchange qui permette au paiement par carte de se développer en Europe". Baisse des prix  Par ailleurs, elle juge qu'"aucun élément ne garantit qu'une diminution du niveau des commissions d'interchange se traduira par une baisse des prix pour les consommateurs". Sur ce dernier point, le cas espagnol est un très bon exemple. Entre 2005 et 2010, le gouvernement a plafonné les commissions, sans obtenir les résultats escomptés : les prix dans les magasins ont augmenté de 25%, a rappelé cette semaine l'association espagnole des usagers des banques et assurances.