La facture énergétique des ménages a dépassé les 3.200 euros en 2013

  • A
  • A
La facture énergétique des ménages a dépassé les 3.200 euros en 2013
Partagez sur :

La note moyenne a augmenté de 42 euros par rapport à 2012. Une hausse entièrement due aux dépenses liées au logement. Détails...

La barre des 3.200 euros a été franchie. En 2013, les ménages français ont dépensé en moyenne 3.207 euros en énergie, selon le bilan énergétique de la France publié par le ministère de l'Ecologie. Plus pour le logement, moins pour l'automobile En un an l'augmentation a été de 42 euros (+1,3%). Le document précise que cette hausse est intégralement due aux dépenses énergétiques du logement (chauffage, eau chaude, cuisson...). Entre 2012 et 2013, la facture d'énergie de l'habitat a progressé de 100 euros (+6%) dépassant ainsi les 1.800 euros. A l'inverse, la note de carburants a nettement reculé. De 1.399 euros en 2012, elle est tombée à 1.335 euros l'an passé (-4,6%). En marge d'une consommation en baisse, les automobilistes ont aussi profité d'un tassement des prix à la pompe de 2,6%. Sur 10 euros dépensés, 1 euro va à l'énergie Globalement, l'énergie n'en reste pas moins un poste lourd pour les budgets. Pour preuve, l'an passé, les dépenses énergétiques ont capté 9,7% du budget des ménages. Il faut remonter à la fin des années 1980 pour trouver un chiffre plus élevé. Ces dépenses ont par ailleurs représenté 6,2% de la consommation effective des foyers français (consommation plus dépenses des administrations au profit des ménages). Un tel niveau n'avait plus été atteint depuis 1991. La hausse des prix masque les efforts faits depuis 2010 Il faut dire que si les Français sont incités à réduire leur consommation, ils ont subi de plein fouet la hausse des prix au cours des dernières années. Un exemple, en 2010, la facture moyenne était de 3.106 euros. Elle a donc augmenté de 100 euros en trois ans. Mais si les prix étaient restés à leur niveau de 2010, elle n'aurait pas dépassé les 2.693 euros l'an dernier, soit 514 euros de moins que ce qui a réellement été dépensé.