La croissance sera certainement proche de +0,1% en 2013, selon P. Moscovici

  • A
  • A
La croissance sera certainement proche de +0,1% en 2013, selon P. Moscovici
Partagez sur :

Comme le prévoit la Commission européenne...

La croissance sera atone en 2013, selon les dires de Pierre Moscovici... Dans ses prévisions mises à jour en février dernier, la Commission européenne a estimé que l'évolution du PIB serait d'à peine +0,1% cette année. "Je crains que ce soit pas loin de ça, j'espère que ce sera plus, on se bat pour que ce soit plus", a déclaré jeudi le ministre de l'Economie, lors d'un forum organisé par le quotidien 'Libération' et Sciences Po Paris. Programme de stabilité Pour 2014, Bruxelles table sur une croissance de +1,2%. Là encore, Pierre Moscovici se dit proche de cette prévision, alors que le gouvernement présentera d'ici la mi-avril son programme de stabilité dans lequel figureront notamment ses nouvelles perspectives de déficit public et de croissance. Jusqu'ici, Bercy espérait un PIB à +0,8% cette année pour un déficit ramené à 3%. Récemment, François Hollande a indiqué que les 3% ne seraient pas tenus cette année, reportant l'objectif à 2014. Selon le gouvernement, il devrait finalement s'établir à 3,7% du PIB en 2013. Concernant la croissance, aucun chiffre n'a encore été donné officiellement. Changement de ton Depuis plusieurs mois, les institutions internationales exhortaient la France à revoir ses prévisions jugées très optimistes. Jusqu'ici, le gouvernement assurait pourvoir changer le cours des évènements. "Ce n'est pas parce que les prévisions sont pessimistes que cela va nous décourager, au contraire, cela devrait nous mobiliser davantage", déclarait le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault en décembre dernier... Désormais, Paris va devoir justifier auprès de la Commission européenne les raisons pour lesquelles ses engagements ne sont pas tenus. "Comme tout autre pays, la France sera jugée à l'aune de ces critères : Que fait-t-elle en plus pour atteindre ses objectifs le plus rapidement possible ? Que fait-elle pour ses réformes structurelles ? (...) c'est sur cette base qu'une année supplémentaire sera accordée", a récemment prévenu le président de l'Eurogroupe, Jeoren Dijsselbloem...