La croissance devrait ralentir en Asie-pacifique cette année, selon la banque mondiale

  • A
  • A
La croissance devrait ralentir en Asie-pacifique cette année, selon la banque mondiale
Partagez sur :

L'organisation table sur un PIB à 7,2% cette année, soit un point de moins par rapport à 2011.

La banque mondiale revoit elle aussi ses prévisions de croissance en baisse dans la région Asie de l'Est et Pacifique, notamment en Chine pour cette année et 2013, misant toutefois sur une reprise l'an prochain, qui sera tirée par la demande intérieure. D'après la Banque mondiale, "la croissance économique dans la région Asie de l'Est et Pacifique pourrait ralentir d'un point de pourcentage, reculant de 8,2% en 2011 à 7,2% cette année, avant de rebondir à 7,6% en 2013". Le PIB chinois a été révisé en baisse, à 7,7 % cette année après 9,3% en 2011 et contre une première estimation de 8,2%. Pour 2013, la Banque table sur une expansion de 8,1% contre +8,6% en première projection. La reprise dans la région l'an prochain ne sera pas tirée par les exportations Dans les pays dits développés, la croissance va demeurer très modeste, ne permettant pas à la région Asie-Pacifique de rebondir. En revanche, "l'économie régionale (...) par rapport à d'autres régions du monde, continue d'enregistrer une forte croissance, et une demande en plein essor lui permettra de rebondir à 7,6 % l'année prochaine", explique la vice-présidente de la Banque mondiale pour la région, Pamela Cox. En outre, les dépenses de construction en Thaïlande suite aux inondations de l'année dernière, les fortes dépenses en biens d'équipements en Indonésie et Malaisie ou encore les mesures d'assouplissement monétaire en Chine, participent à soutenir la demande intérieure. Le danger peut venir de la zone euro Si les conditions économiques de l'Eurozone venaient à se dégrader de manière drastique, "les risques que les économies en développement en soient affectées sont importants (...) principalement à travers le commerce et les liens avec le secteur financier", prévient la Banque mondiale