La crise ukrainienne secoue Renault et Société générale en bourse

  • A
  • A
La crise ukrainienne secoue Renault et Société générale en bourse
Partagez sur :

La démonstration de force de Vladimir Poutine face à Kiev provoque l'inquiétude sur les marchés financiers...

Les marchés financiers européens sont secoués en ce début de semaine par la crise qui frappe l'Ukraine. La démonstration de force de Vladimir Poutine face à Kiev provoque en effet de grandes inquiétudes sur la stabilité économique et monétaire de la zone et la bourse de Moscou a clôturé ce lundi sur un repli de 10,79% (pour le Micex) et de 12,01% pour le RTSI. A Paris, le CAC40 recule de plus de 2% peu après 16 heures, à 4.318 points. La Société Générale est la banque française la plus affectée par les événements en Ukraine, avec une chute de -5% sur le CAC40. L'établissement est très implanté dans l'est de l'Europe, mais n'a qu'une exposition "négligeable" à l'Ukraine, a-t-elle fait savoir dans un communiqué cité par Bloomberg, en évoquant des effectifs de l'ordre de 80 personnes dans la gestion de flotte automobile et le financement. La banque était auparavant sortie du crédit à la consommation dans le pays... Renault aussi Plus globalement, l'Europe de l'Est hors Union Européenne représentait fin 2012 un total de 5% du bilan de la banque rouge et noire. Elle bénéficie de positions fortes en République Tchèque, en Roumanie et en Russie, ce qui peut aussi expliquer les tensions sur le cours de bourse. Sa principale filiale russe, Rosbank, est détenue à 92,4%. Le périmètre SG Russie (Rosbank, Delta Credit Bank, Rusfinance Bank, Société Générale Insurance, ALD automotive) a apporté un bénéfice net de 165 millions d'euros part du groupe aux résultats 2013, pour une rentabilité des capitaux propres (ROE) de 12,7%. Renault de son côté chute de 5,3% sur les 68 Euros, faisant les frais de son exposition à la Russie, troisième marché du groupe derrière la France et le Brésil. Renault a vendu en 2013 plus de 210.000 véhicules en Russie (7,6% de part de marché), un volume record pour le groupe qui doit prendre le contrôle d'Avtovaz (Lada) cette année. Le succès de Renault en Russie repose sur la gamme Dacia : Logan, Sandero et surtout Duster. Des modèles très rentables pour Renault, d'autant qu'ils sont produits en Russie. Et Tarkett... Tarkett aligne une quatrième séance dans le rouge en fin de matinée à Paris avec un titre en baisse de plus de 8%. Le titre du spécialiste des revêtements de sol est pénalisé par sa forte exposition à la Russie puisque le groupe réalise plus d'un tiers de son activité (35,3%) et 61,3% de son Ebitda (résultats 2013) dans la zone géographique incluant la Russie ("Communauté des Etats Indépendants & Autres"). "Un changement défavorable significatif dans les pays de la CEI pourrait avoir un impact significatif sur le chiffre d'affaires et les résultats du Groupe", peut-on lire dans le document d'introduction de la société dévoilé en octobre dernier.