La crise pousse les Européens à consommer "responsable"

  • A
  • A
La crise pousse les Européens à consommer "responsable"
Partagez sur :

Ils adoptent un mode de consommation alternatif et d'entraide

Dans le contexte de crise actuelle, pas étonnant que 71% des Européens déclarent ne pas avoir les moyens de consommer comme ils le souhaiteraient. Des particularités sont toutefois à noter, selon les postes de dépenses et les pays, alors qu'un nouveau mode de consommation émerge, montrent les résultats de l'observatoire Cétélem. Les consommateurs de l'Europe de l'Est en grande difficulté Dans les pays d'Europe de l'Est, les consommateurs sont d'autant plus pris à la gorge. En République Tchèque, ils sont 82% à déclarer ne pas avoir les moyens de consommer, dont 20% "pas du tout". En Slovaquie, cette proportion monte à 89%. "La propension à consommer est donc plus manifeste en Europe de l'Ouest", peut-on lire dans l'étude. L'Allemagne, la Belgique, et le Royaume-Uni se distinguent "avec un pourcentage plus élevé que la moyenne européenne des consommateurs qui considèrent avoir les moyens de consommer", à respectivement 49% et 44% pour les deux derniers pays.  Des arbitrages budgétaires Les plans de rigueur budgétaire ne sont pas sans conséquence sur la consommation des Européens, qui se retrouvent obliger d'arbitrer leurs achats, certains frais étant incompressibles. Ils sont ainsi  87% à vouloir limiter leurs dépenses, mais "l'alimentation, la santé, les transports et télécoms ne verront pas leur périmètre économique réduit", soulignent les auteurs de l'étude. Si les trois premiers postes de dépenses apparaissent comme vitaux, le dernier "a acquis une dimension utilitaire et sociale incontournable". "Utilitaire (...) pour maîtriser sa consommation. Sociale, car ils sont les nouveaux symboles de la 'réussite', notamment dans les pays d'Europe de l'Est", ajoutent-ils. Un mode de consommation plus responsable Outre la recherche des prix les plus bas notamment sur internet, les résultats du baromètre Cetelem montrent que ce contexte de crise pousse les Européens à adopter un mode de consommation alternatif et d'entraide. "L'ère du consumérisme individuel a vécu et laisse la place à une consommation davantage communautaire et altruiste", relèvent les commentateurs. Les Européens sont 52% à envisager de faire davantage appel à l'échange de produits et de services, dans les années à venir, plutôt que de payer. Les Français et les Italiens sont encore plus nombreux à le prévoir (62%). D'ailleurs, le principe de la "récup" est déjà largement adopté par les Européens (63%) et appelé à se développer davantage (73% pensent l'adopter), que ce soit en Europe de l'Est ou de l'Ouest. Le système de partage pour un produit ou un service tend également à se développer. C'est le cas du covoiturage pratiqué par 10% des consommateurs Européens et qui en intéresse 20%.  Le faire soi-même, la location sont aussi des modes de consommation en plein développement. Bref, "la crise économique est un facteur d'accélération des changements de comportement : consommer moins, consommer mieux, et donc, consommer autrement"...