La Cour des Comptes épingle la SNCF sur son budget communication

  • A
  • A
La Cour des Comptes épingle la SNCF sur son budget communication
Partagez sur :

La société dépense 2010 millions d'euros par an pour ce poste...

Le rapport annuel de la Cour des Comptes épingle aussi la communication de la SNCF... Entre 2007 et 2011, l'établissement public a dépensé pour ce poste en moyenne 153 millions d'euros par an, auxquels s'ajoutent 55 millions de masse salariale. Cela représente "une moyenne de près de 210 millions par an pour l'établissement public", écrivent les Sages de la rue Cambon. Ils ont compilé dans leur document de nombreuses défaillances : "les opérations les plus importantes ont fait l'objet de procédures d'achat en infraction avec les règles de la concurrence", la SNCF invoquant notamment des cas "d'urgence impérieuse" ou de "spécificité technique" même quand cela n'était pas justifié. Les chiffres sont élevés : "71% des 41 opérations de communication les plus importantes réalisées par la SNCF depuis 2007" sont concernées, écrivent les auteurs du rapport. "Le pilotage et le suivi des dépenses souffrent de la faiblesse de la programmation budgétaire, de lacunes dans le suivi comptable, de l'insuffisance d'anticipation des opérations et de l'inexistence de bilans annuels", notent les Sages. Ils pointent du doigt "des dépassements budgétaires moyens de 17% depuis la mise en place du nouveau système comptable en 2007". La SNCF prend acte Dans leur ligne de mire notamment : "les marchés de prestation évènementielle", parmi lesquelles les 70 ans de la SNCF en 2007, les "Rendez-vous clients" organisés en 2010 et 2011 ou les "Trophées SNCF". Le rapport s'attarde aussi sur le séminaire annuel des managers à Tanger en 2011. Il a "réuni pendant quatre jours environ 600 personnes pour un montant total de 2,7 millions d'euros. Le coût unitaire s'est élevé à 4.289 euros par personne, soit 1.430 euros par jour et par personne (hors achat de 650 tablettes numériques offertes aux participants)". Problème : ce marché a été conclu sans mise en concurrence préalable, ce qui n'est pas justifié aux yeux de la Cour, et qui a abouti à un dépassement de 82 % du montant de référence...  Dans sa réponse, incluse dans le rapport, la SNCF dit prendre acte des recommandations de la Cour et rappelle qu'elle a "déjà lancé un plan d'action en ce sens, qui a été présenté à son Conseil d'administration le 20 décembre 2012."