La Commisison européenne salue la demande d'aide formulée par l'Espagne

  • A
  • A
La Commisison européenne salue la demande d'aide formulée par l'Espagne
Partagez sur :

Un protocole d'accord devrait être signé d'ici le 9 juillet.

Le vice-président de la Commission européenne, Olli Rehn a salué la demande d'aide officielle formulée auprès de l'UE par l'Espagne. Ce dernier espère conclure un accord sur le protocole à suivre afin de restructurer le système bancaire du pays, d'ici quelques semaines. Les travaux seront menés avec le FMI et l'autorité bancaire européenne (ABE). Un accord devrait être signé d'ici le 9 juillet. "Les besoin en capitaux récemment estimés par deux entreprises privées fournissent un bon point de départ pour ce travail", souligne-t-il dans un communiqué. Les audits indépendants menés par les cabinets Roland Berger et Oliver Wyman et publiés la semaine dernière par le gouvernement espagnol, ont évalué ces besoins à 62 milliards d'euros. Ce soutien financier, qui prendra la forme d'un prêt accordé par le fonds de solidarité européen (FESF relayé cet été par le MES) sera conditionné à des réformes du secteur financier, à savoir un renforcement des règles de surveillance et des exigences réglementaires. "Par ailleurs, j'attends de l'Espagne qu'elle garde la même détermination à mener des réformes pour retrouver une croissance durable et des emplois plus nombreux et de meilleure qualité", a ajouté Olli Rehn, rappelant qu'il n'y a pas de croissance durable sans "finances publiques viables". "Les réformes en ce sens seront régulièrement réexaminées en parallèle de l'aide financière accordée", a-t-il prévenu. Une "troïka" composée du Fonds monétaire international (FMI), de la Commission européenne (CE) et de la Banque centrale européenne (BCE) supervisera l'aide reçue par les banques. Les finances publiques espagnoles sont par ailleurs déjà placées sous la surveillance étroite de Bruxelles dans le cadre d'une procédure pour déficit excessif.