La CNIL brocarde PagesJaunes pour comportement déloyal

  • A
  • A
La CNIL brocarde PagesJaunes pour comportement déloyal
Partagez sur :

La communauté reproche à la société d'avoir aspiré des profils d'utilisateurs sur six réseaux sociaux sur son site pagesblanches.fr...

La CNIL donne un "carton rouge" à PagesJaunes, dans un article publié sur son site internet. Les faits remontent au mois de mars 2010, date à laquelle la société a étoffé son site internet www.pagesblanches.fr. La Commission Nationale Informatique et Liberté remarque qu'elle a ajouté "aux résultats classiques de l'annuaire, un ensemble de données issues de celles figurant sur six réseaux sociaux", "aspirant" en quelques semaines 34 millions de profils. "La formation contentieuse de la CNIL a considéré que l'aspiration de ces informations sur les sites des réseaux, à l'insu des personnes concernées, était déloyale et donc contraire à la loi Informatique et Libertés. En conséquence elle a décidé de prononcer un avertissement public à l'encontre de cette société", indique l'institution. L'opération avait été menée sur les profils Facebook, Copains d'avant, Viadeo, Linkedin, Twitter et Trombi. La CNIL précise que PagesJaunes, ayant été informée de l'intention de la CNIL de prononcer une sanction à son encontre, a décidé d'interrompre le service, baptisé "webcrawl" en mars 2011. Le 5 juillet dernier, la CNIL a estimé que "l'aspiration des profils issus des réseaux sociaux sur internet constituait une collecte déloyale à l'égard des personnes concernées, puisque celles-ci n'en étaient pas préalablement informées". Elle a écarté la défense de la société arguant que les conditions générales d'utilisation des réseaux sociaux, pour certains, précisent que les données personnelles des utilisateurs peuvent être indexées par des moteurs de recherche. Ainsi, "au regard du nombre de manquements relevés et de leur particulière gravité", la CNIL a décidé de prononcer "un avertissement rendu public à l'encontre de Pages Jaunes".