La City de Londres particulièrement touchée par la crise

  • A
  • A
La City de Londres particulièrement touchée par la crise
Partagez sur :

Le secteur des services financiers représente un cinquième de l'économie de la ville.

En raison de l'affaiblissement de l'activité de La City, le quartier d'affaires de Londres, le centre de recherches économiques CEBR a revu en baisse ses prévisions de croissance pour la capitale britannique à +0,6% pour 2012, contre +1,6% en octobre dernier. Sur le moyen terme, le CEBR table sur une croissance de 2,4% d'ici à 2016, contre une précédente estimation de +2,7%. "Notre révision à la baisse a été motivée par le faible rendement continu du secteur des services financiers, qui a constitué environ un cinquième de l'économie de la capitale ces dernières années", explique le centre de recherches, qui estime que l'activité de La City ne retrouvera pas son niveau d'avant-crise au cours des prochaines années. En cause : des perspectives économiques modérées, une réglementation plus stricte à l'égard des entreprises du secteur ainsi que la montée en puissance des centres financiers asiatiques... Le centre estime que les prochaines années seront déterminantes pour Londres, qui devra effectuer une transition en se rendant moins dépendante de l'activité financière. Le secteur du service aux entreprises devrait rapidement se développer pour représenter une part non négligeable de l'économie londonienne, selon le CEBR.