La Chine vise une croissance de 7,5% cette année

  • A
  • A
La Chine vise une croissance de 7,5% cette année
Partagez sur :

Dans le cadre du programme de réformes

Pékin a dit viser ce matin une croissance de PIB d'environ 7,5% en 2014, selon le Premier ministre Li Keqiang qui faisait ouverture de la session annuelle du Parlement, l'Assemblée populaire nationale, dans le cadre du programme de réformes dévoilé en novembre dernier lors du plénum du comité central du Parti communiste. Objectif d'inflation tenu Li Keqiang a précisé que l'objectif d'inflation serait maintenu à environ 3,5% en 2014 et que la Chine allait progresser vers la convertibilité de sa devise, le yuan. Le cours du yuan, étroitement administré par la banque centrale chinoise, a en effet connu une dépréciation inhabituelle depuis le début du mois de janvier dernier... Sur l'ensemble de 2013, le yuan avait progressé de 2,9%, et le consensus de marché tablait pourtant sur une poursuite de cette appréciation de la devise chinoise, dont le cours est considéré comme artificiellement sous-évalué par les partenaires commerciaux de la Chine. Ajustement en cours Toutefois, le ralentissement actuel de la croissance chinoise a quelque peu changé la donne, incitant la banque centrale à piloter le récent ajustement des cours à la baisse... L'objectif de Pékin serait ainsi d'habituer les investisseurs à ses futures réformes, qui prévoient de laisser le yuan fluctuer davantage en fonction des fondamentaux du marché. L'objectif final étant de hisser la monnaie chinoise au rang de référence mondiale capable de rivaliser avec le dollar. La récente initiative de la Chine pourrait en revanche provoquer des protestations du côté de Washington, où de nombreux élus accusent régulièrement Pékin de manipuler sa devise au détriment des exportations et des emplois aux Etats-Unis... Sans surprise... Les autorités chinoises prévoient par ailleurs pour 2014 un budget de 15.300 milliards de yuans, soit 1.800 milliard d'euros, avec un déficit d'environ 2,1% du PIB, soit un taux inchangé par rapport à 2013. Ces annonces sont conformes aux attentes des analystes dans le cadre du programme de réformes engagé par Pékin.