La CFTC adopte l'accord "sécurisation emploi", qui "attache les droits à la personne"

  • A
  • A
La CFTC adopte l'accord "sécurisation emploi", qui "attache les droits à la personne"
Partagez sur :

Elle estime que le texte apporte plusieurs avancées pour les salariés...

Alors que Force Ouvrière a rejeté lundi l'accord sur la sécurisation de l'emploi, le bureau confédéral de la CFTC l'a ratifié ce mardi. "Il concrétise la revendication, formulée par la CFTC il y a près de 10 ans dans son statut du travailleur, d'attacher les droits à la personne", explique-t-elle dans un communiqué. Le syndicat salue les avancées obtenues La CFTC cite notamment la création de droits rechargeables à l'Assurance chômage, qui permet à un salarié retrouvant un emploi, sans avoir épuisé ces droits en totalité, de pouvoir les additionner à de nouveaux, en cas de retour au chômage. Elle salue également la généralisation à l'ensemble des salariés, de la complémentaire santé qui concerne pas moins de quatre millions de personnes, ainsi que la création d'un compte personnel de formation. Elle plébiscite enfin "la reconnaissance du CDI comme norme d'embauche". Convaincre les réticents Rappelons que FO n'a pas signé l'accord et que la CGT compte en faire autant.Mais pour être adopté, le texte ne doit pas être rejeté par plus de deux organisations. La CFDT a dit son intention de le voter le 17 janvier et la CFE-CGC l'a déjà fait. Les opposants comptent faire entendre leur voix au Parlement, au moment où l'accord sera transposé en projet de loi, probablement au mois de mars. La CFTC tiens cependant à rassurer sur les contreparties accordées aux entreprises en matière de flexibilité. "Les accords de maintien dans l'emploi seront encadrés avec notamment l'introduction d'une clause pénale sanctionnant automatiquement les entreprises qui ne respecteraient pas leurs engagements", prévient-elle. "Quant aux procédures de licenciement collectif pour motif économique ainsi que le contenu du plan de sauvegarde de l'emploi qui s'ensuit, (elles) seront fixées soit par accord collectif majoritaire soit par un document soumis à homologation par l'administration". Pour l'organisation c'est donc l'assurance que le dialogue social sera renforcé.