La Bundesbank abaisse sa prévision de croissance allemande de +1,6% à +0,4% en 2013

  • A
  • A
La Bundesbank abaisse sa prévision de croissance allemande de +1,6% à +0,4% en 2013
Partagez sur :

La banque centrale allemande estime que les perspectives cycliques de l'économie se sont assombries...

L'économie allemande devrait nettement ralentir l'an prochain, de l'aveu même de la Bundesbank. Selon les dernières perspectives semestrielles de la Banque centrale, le PIB allemand devrait augmenter de seulement 0,4% l'an prochain (0,5% ajusté des effets calendaires) contre une hausse de 1,6% anticipée jusqu'ici et après une progression de 0,7% en 2012 (+0,9% ajustée des effets de calendrier). Vers un ralentissement prolongé Les perspectives cycliques de l'économie allemande se sont assombries. Les entreprises réduisent leurs investissements et embauchent moins de nouveaux employés. Les principaux freins ne sont pas seulement les récessions dans certains pays de la zone euro, mais aussi le ralentissement de l'économie mondiale. Néanmoins, dans sa dernière projection, la Bundesbank ne prévoit pas de ralentissement prolongé, mais prévoit plutôt un retour à une trajectoire de croissance rapide. Cette affirmation repose sur l'hypothèse que l'économie mondiale retrouve de l'élan et que le processus de réforme dans la zone euro progresse encore, explique la Banque. PIB de 1,9% en 2014, si la crise ne dégénère pas Toutefois, étant donné la situation économique difficile dans certains pays de la zone euro et l'incertitude généralisée, la croissance économique sera plus faible que prévu. En 2014, le PIB réel pourrait augmenter de 1,9% si le secteur bancaire de la zone euro et la crise de la dette souveraine ne dégénèrent pas et que l'incertitude parmi les investisseurs et les consommateurs diminue progressivement. Le taux de chômage pourrait augmenter outre-Rhin à 7,2% en 2013 avant de retomber à 7,0% en 2014. Enfin, la Bundesbank estime que l'inflation des prix à la consommation pourrait tomber de 2,1% en 2012 à 1,5% en 2013 avant de remonter légèrement à 1,6% en 2014.