La BCE accepte de nouveau la dette souveraine grecque en garantie

  • A
  • A
La BCE accepte de nouveau la dette souveraine grecque en garantie
Partagez sur :

La Banque centrale européenne a annoncé accepter la dette souveraine grecque comme garantie pour ses opérations de financement...

La Banque centrale européenne accepte de nouveau la dette souveraine grecque comme garantie pour ses opérations de financement. L'institution lève ainsi une mesure de restriction en vigueur depuis le mois de juillet, ce qu'elle justifie par les progrès récents accomplis par la Grèce en matière de réformes, de réduction des déficits et de privatisations. Fin du monde Cette décision, qui s'appliquera dès vendredi 21 décembre, intervient quelques jours après le feu vert des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne à l'accord conclu sur le versement de la prochaine tranche d'aide à la Grèce, qui éloigne pour plusieurs mois le risque d'un défaut ou d'une sortie de l'Etat hellénique de la zone euro. Les banques grecques sont les principaux détenteurs de la dette publique émise par Athènes, ce qui signifie que la dernière décision de la BCE leur permettra d'accéder aux financements bon marché proposés par la banque centrale, et donc d'accroître leur capacité de prêt... S&P tourne casaque Mardi soir, l'agence de notation Standard & Poor's avait déjà révisé drastiquement sa position sur le dossier grec... Ainsi, S&P, constatant l'engagement "fort et clair" des pays membres de la zone euro à soutenir la Grèce et à la maintenir dans leur "bloc", a revu directement sa notation de "défaut sélectif" à "B-". Il s'agit de la meilleure note de la Grèce chez S&P depuis l'été 2011, malgré les risques économiques et la crise d'endettement. L'agence a placé une perspective stable sur la note. 6 crans de plus ! S&P a loué par ailleurs les efforts de la Grèce pour réduire ses dépenses... La note de la dette souveraine est par conséquent rehaussée de 6 crans, face essentiellement à la détermination des pays européens à préserver leur pair. Notons que la vision de l'agence sur le pays a radicalement changé ces dernières semaines puisque début décembre, Standard and Poor's continuait de craindre un défaut de paiement sur la dette du pays... L'agence de notation avait ainsi placé la dette d'Athènes en situation de "défaillance partielle", à un seul cran du défaut de paiement. Depuis, les engagements européens, en particulier de l'Allemagne, semblent donc avoir convaincu les analystes de la solidarité européenne autour de ce dossier.