La Banque mondiale revoir en baisse ses prévisions de croissance pour la Chine

  • A
  • A
La Banque mondiale revoir en baisse ses prévisions de croissance pour la Chine
Partagez sur :

Même sanction pour la plupart des pays d'Asie de l'Est...

La Banque mondiale a abaissé lundi ses projections de croissance économique pour 2013 et 2014 en Chine et dans la plupart des pays en développement d'Asie de l'Est. Elle évoque, pour justifier cette décision, le ralentissement de l'activité chinoise et le recul des cours des matières premières. Investissements plus faibles "Les pays en développement d'Asie de l'Est croissent à un rythme ralenti à mesure que la Chine s'écarte d'une économie tournée vers l'exportation et se recentre sur la demande intérieure", écrit la Banque mondiale dans la dernière édition de son rapport sur les perspectives économiques de la zone Asie de l'Est/Pacifique. "La croissance dans les pays à revenus intermédiaires dont l'Indonésie, la Malaisie et la Thaïlande s'atténue également à la lumière d'investissements plus bas, d'une baisse des cours mondiaux des matières premières et d'une croissance des exportations plus faible que prévu", ajoute-t-elle. La Banque mondiale table à présent sur une croissance des économies en développement de l'Asie de l'Est de 7,1% cette année et 7,2% en 2014. Dans ses projections au mois d'avril, elle anticipait 7,8% et 7,6%. En Chine, elle estime que le programme de soutien à la croissance, qui s'appuyait notamment sur une extension du crédit, est arrivé en bout de course et que les pouvoirs publics doivent se concentrer sur les moyens de contenir la croissance rapide du crédit et de resserrer la supervision financière. "Règles claires" Autre point d'inquiétude : l'endettement des collectivités locales, du fait principalement de la complexité et de l'opacité des finances municipales. Elle plaide pour des "règles claires encadrant l'emprunt, le règlement des dettes et la publication de bilans comptables complets des gouvernements locaux". Mais les gouvernements locaux, ajoute-t-elle, disposent d'actifs significatifs à mettre en face de leurs dettes (propriétés foncières, parts dans le capitale d'entreprises publiques). La Banque mondiale prévoit désormais une croissance de 7,5% de l'économie chinoise cette année (contre 8,3% en avril). Le Fonds monétaire international (FMI) table lui sur 7,75%. Pour 2014, la Banque mondiale voit une croissance de 7,7%,en recul de 0,3 point par rapport à ses projections d'avril.  L'Indonésie, où le PIB devrait croître de 5,6% en 2013 et 5,3% en 2014 (contre 6,2 et 6,5% dans les projections d'avril),souffre elle du recul des investissements, dont la croissance est tombée au deuxième trimestre à son plus bas niveau de ces trois dernières années.    "La baisse des prix mondiaux des matières premières a refroidi les recettes des exportations et ralenti les investissements privés dans les secteurs qui requièrent des niveaux de capitaux élevés, affectant la croissance globale",écrit la Banque mondiale.