L'UMP aurait la solution pour éviter les hausses d'impôts...

  • A
  • A
L'UMP aurait la solution pour éviter les hausses d'impôts...
Partagez sur :

Ils ont présenté leur contre-projet de budget...

Dénonçant le matraquage fiscal exercé par le gouvernement, les membres UMP de la commission des Finances de l'Assemblée nationale ont présenté jeudi, 15 mesures visant à réaliser cinq milliards d'euros d'économies supplémentaires l'an prochain. Ils souhaitent également "montrer comment nous pourrions éviter certaines hausses d'impôts ou créations d'impôts nouveaux qui nous paraissent tout à fait néfastes, qui vont faire courir d'énormes risques sur la croissance de notre pays et sur l'emploi", a déclaré son président, Gilles Carrez lors d'une conférence de presse. Masse salariale et collectivités locales Parmi les mesures phares de l'opposition figurent le non remplacement de 15.000 départs en retraite chaque année et le gel de la revalorisation des pensions civiles et militaires pendant deux ans. Deux milliards d'euros seraient ainsi économisés sur la masse salariale de l'Etat et les pensions. A titre de comparaison, le Projet de loi de Finances 2014 prévoit 2,6 milliards d'euros d'économies sur les dépenses de fonctionnement et de masse salariale de l'Etat (gel du point d'indice, modération des mesures catégorielles, stabilisation de la progression des effectifs). Ils préconisent également de mettre fin au "pacte de confiance et de responsabilité" conclu entre les collectivités locales et l'Etat pour économiser 900 millions d'euros. Ce pacte prévoit pourtant une mise à contribution des collectivités à l'effort d'économies. Les concours financiers de l'Etat qui leur sont versés, diminueront de 1,5 milliard d'euros l'an prochain, après avoir été gelés l'an dernier. Plusieurs dispositifs de compensation des charges de collectivités sont toutefois prévus. Baisse des dépenses d'intervention L'UMP préconise par ailleurs de revoir "le périmètre d'intervention" de l'Etat pour une économie qui s'élèverait à 1,5 milliard d'euros (recentrage des contrats de génération sur les publics prioritaires, suppression du cumul intégral du RSA activité lors des trois mois de reprise d'activité notamment). Le PLF 2014 prévoit 9 milliards d'euros d'économies sur les dépenses de l'Etat dont un tiers provenant de celles réalisées sur les dépenses d'intervention et les investissements. D'autres dispositions, comme la fermeture de sous préfectures, sont recommandées. L'UMP estime que ce programme éviterait d'abaisser le plafond du quotient familial à 1.500 euros et de mettre en place la taxe sur l'excédent brut d'exploitation des entreprises que le gouvernement est déjà prêt à revoir.