L'UFC Que Choisir dénonce la fiscalité en faveur du diesel

  • A
  • A
L'UFC Que Choisir dénonce la fiscalité en faveur du diesel
Partagez sur :

71% des Français "se font enfumer" en utilisant ce carburant, estime l'association...

C'est demain que sera rendu le rapport sur les prix et les marges dans la distribution de carburants, réalisé par l'Inspection Générale des Finances. L'UFC Que Choisir en profite pour dénoncer la fiscalité en faveur du diesel... Les conducteurs le préfèrent à l'essence, car son prix est jugé plus avantageux : ainsi, 84% d'entre eux le citent dans les trois principaux critères qui fondent leur choix, selon une étude que révèle l'association de défense des consommateurs. Pas un choix rationnel "Or, cette perception, largement répandue notamment en raison de l'avantage fiscal dont bénéficie le diesel, se heurte à la réalité économique", écrit-elle. Les véhicules diesel, qui coûtent plus cher à l'achat mais aussi à entretenir et à assurer, sont rentabilisés en général à partir d'au moins 20.000 km par an... "Pourtant, le kilométrage moyen parcouru par les sondés utilisant ce type de motorisation est dans 71% des cas inférieur à 20.000 km par an. Le diesel n'est donc pas un choix rationnel, par rapport à l'essence, pour une majorité de ménages". L'association cite l'exemple de la Peugeot 208 diesel, qui n'est rentabilisée qu'au bout de 11 ans. "Or si on supprime l'avantage fiscal diesel, la rentabilité du diesel dépasse les 20 ans". L'association, qui s'interroge aussi sur l'impact plus négatif de ce carburant sur l'environnement, demande donc au gouvernement "qu'une information normalisée sur le coût kilométrique moyen pour chaque véhicule soit diffusée (publicité, achat)" pour que les consommateurs fassent le bon choix. Elle réclame aussi "la suppression progressive du différentiel de taxation entre le diesel et l'essence afin de ne plus donner un avantage artificiel au véhicule diesel"...