L'UFC dénonce la déferlante de pub qui envahit les cabinets médicaux

  • A
  • A
L'UFC dénonce la déferlante de pub qui envahit les cabinets médicaux
Partagez sur :

Plus de la moitié des prospectus incitent les patients à consommer...

"Non aux marchands du temple dans les salles d'attente"... L'UFC Que Choisir a décidé de s'attaquer aux publicités qui fleurissent chez les médecins. L'association a ratissé plus de 670 cabinets de généralistes, récoltant près de 3.500 prospectus. "Cette surabondance d'informations est d'abord une déferlante commerciale", dénonce l'UFC. Car si 40% des brochures émanent d'institutions telles que l'Assurance maladie, ou d'associations, 53% se limitent à de la simple réclame. Parmi ces prospectus, "20% sont par exemple édités par des laboratoires pharmaceutiques, et 13% par l'industrie agro-alimentaire. On y trouve par ailleurs de nombreuses publicités pour des établissements thermaux, des sociétés de service à la personne ou encore des produits d'hygiène", détaille l'association. 71% des processus cachent leur intention Problème : "seuls 29% des documents commerciaux affichent ouvertement leur vocation publicitaire, quand 71% d'entre eux la masquent derrière une apparente mission d'information (par exemple sur le cholestérol pour une marque de margarine, ou sur la déficience auditive pour un distributeur d'audioprothèses)", s'indigne l'UFC. L'association demande donc à la ministre de la Santé Marisol Touraine de se saisir de ce problème, en utilisant la prochaine Loi de Santé publique pour garantir aux usagers la qualité de l'information mise à disposition dans les cabinets médicaux, en la réservant aux seuls acteurs institutionnels.