L'or enchaîne sa huitième séance consécutive de repli

  • A
  • A
L'or enchaîne sa huitième séance consécutive de repli
Partagez sur :

Du jamais vu depuis 2009 !

C'est une huitième séance consécutive de repli pour le métal jaune... Du jamais vu depuis mars 2009 ! L'or cède encore près de 1,1% à 1.350 dollars en ce moment dans les échanges électroniques sur le Comex, portant son repli à 20% depuis le début de l'année. Les opérateurs continuent à se débarrasser de la relique barbare alors que Goldman Sachs table sur une poursuite de la baisse des cours du métal précieux. La chute de l'or "a été plus rapide que ce que nous attendions", indiquait la semaine dernière les analystes de la banque d'affaires. Une nouvelle baisse des avoirs en ETP continuera à "précipiter ce repli", ajoute GS qui table désormais sur une once à 1.390$ d'ici 12 mois. Les prévisions sont encore plus alarmistes du côté du Crédit Suisse. Le métal se négociera autour des 1.100$ dans un an et sera inférieur à 1.000 dollars dans cinq ans, alors que l'inflation ne parvient pas à accélérer, indiquait le 16 mai dernier, Ric Deverell, responsable de la recherche matières premières au sein de la banque helvète. "L'or aligne déception sur déception," affirme à Bloomberg, John Stephenson, vice-président senior et gérant de fonds chez First Asset Investment Management à Toronto. Positions spéculatives Preuve de ce désintérêt croissant des investisseurs pour l'or, les encours de métal détenus à travers les ETF ne cessent de fondre. Le plus gros fonds d'or coté dans le monde, SPDR Gold Trust, a notamment vu ses encours diminuer de 13 tonnes la semaine dernière à 1.041,42 tonnes, au plus bas depuis quatre ans. Depuis le premier janvier, la baisse des encours atteint plus de 20%. Et ce sont les plus gros investisseurs mondiaux qui soldent leurs positions à l'image des fonds d'investissements américains, BlackRock et Northern Trust, ou encore du milliardaire Georges Soros. En outre, les hedge-funds et autres grands spéculateurs n'ont jamais autant parié contre une hausse des prix du métal la semaine passée. Selon les données de la "Commodity Futures Trading Commission", les investisseurs détenaient 74.432 positions spéculatives nettes courtes lors le 14 mai, soit le nombre le plus élevé depuis la création de la statistique en juin 2006, note Bloomberg. Les positions spéculatives nettes longues ont dans le même temps reculé de 20% à 39.216, soit le plus bas niveau depuis juillet 2007.