L'OCDE appelle à son tour à une maîtrise des dépenses publiques en France

  • A
  • A
L'OCDE appelle à son tour à une maîtrise des dépenses publiques en France
Partagez sur :

L'organisation a abaissé ses prévisions de croissance 2013 et 2014 pour le pays.

Dans la mise à jour de ses perspectives, l'OCDE  a abaissé ses prévisions concernant la France. Elle table désormais sur une contraction du PIB de -0,3% cette année, contre une hausse de 0,1% anticipée en mars dernier. L'économie devrait ensuite rebondir de 0,8% en 2014, contre +1,3% précédemment estimé. Parallèlement, le déficit public reviendrait à 4% du PIB cette année et 3,5% en 2014, la dette publique passant dans le même temps à 94,5% du PIB en 2013 et 97,2% l'an prochain. Ces prévisions pourraient encore être abaissées, de nombreux risques pesant encore sur l'économie française... Hausse du chômage en vue Si les perspectives d'investissements demeurent sombres, l'OCDE constate une diminution du déficit commercial depuis deux ans et estime que le crédit impôt compétitivité emploi à destination des entreprises ainsi que la hausse de la TVA - qui doit en partie le financer- va améliorer leur compétitivité. Pour autant, les entreprises n'embaucheront pas forcément : le taux de chômage devrait continuer à augmenter pour atteindre 10,7% en 2013 et 11,1% en 2014 contre 9,9% en 2012. Pour tenter de le résorber, l'OCDE appelle à lutter contre le dualisme du marché du travail et à la mise en place d'un salaire minimum plus faible pour les jeunes travailleurs. Appel à la maîtrise des dépenses ! Après la Banque de France hier, c'est au tour de l'OCDE de faire un petit rappel au gouvernement français. "La maîtrise des dépenses est un impératif", prévient l'organisation. Concernant le système de santé, elle estime que des économies considérables peuvent encore être réalisées sans porter atteinte à la qualité. Elle recommande également une réforme des retraites - prévue par le gouvernement - mais aussi la rationalisation de l'action publique. Sur ce point, le gouvernement a appelé à un choc de simplification. Une fois encore, l'OCDE préconise la suppression des niches fiscales, une hausse des taxes environnementales et le relèvement des impôts sur la propriété...