L'Italie emprunte au prix fort, suite aux élections

  • A
  • A
L'Italie emprunte au prix fort, suite aux élections
Partagez sur :

L'impasse politique pèse fortement...

L'Italie a payé au prix fort son impasse politique, lors de l'adjudication réalisée ce mercredi en fin de matinée ... Rome, a vu ses coûts d'emprunt à long terme fortement augmenter.  Le Trésor est parvenu à lever les montants souhaités. Il a émis 2,5 milliards d'euros à 5 ans, pour un taux moyen de 3,59% contre 2,94% auparavant. Il a par ailleurs placé 4 milliards d'euros de bons à 10 ans, à un rendement moyen de 4,83% contre 4,17% précédemment. Le ratio de couverture a atteint 1,654. Baisse de l'Euro Suite à l'adjudication italienne, la monnaie unique qui avait inscrit un pic de 1,3123 dollar en matinée, profitant de l'amélioration de la confiance des ménages et des entreprises de la zone euro, est repassé à 1,3081 dollar. Les observateurs estiment que l'Euro pourrait encore perdre du terrain, si les politiques italiens ne parviennent pas à former une nouvelle coalition ou si un nouveau scrutin n'est pas organisé. L'ex-président du Conseil Mario Monti, le dirigeant de centre gauche Pier Luigi Bersani et le chef de file du centre droit Silvio Berlusconi veulent cependant éviter cet deuxième option. Rappelons que le centre gauche de Pier Luigi Bersani, dont le Parti démocrate (PD) s'est allié à la formation Gauche, Ecologie, Liberté (SEL), l'a emporté à la chambre basse, alors qu'aucune majorité ne s'est dessinée au Sénat (121 élus pour le centre gauche, contre 117 pour le centre droit et 54 pour les partisans du contestataire Beppe Grillo). Or, en Italie, les deux chambres ont une influence égale. La même coalition doit donc obtenir la majorité à la fois au Sénat et à la chambre basse pour espérer faire passer les réformes. D'où l'inquiétude des marchés...