L'investissement locatif freiné par le projet de loi Alur ?

  • A
  • A
L'investissement locatif freiné par le projet de loi Alur ?
Partagez sur :

Le projet de loi porté par la ministre Cécile Duflot prévoit notamment l'encadrement des loyers dans les zones tendues...

Le projet de loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (Alur), aurait-il découragé l'investissement locatif ? C'est en tout cas ce que semblent indiquer les résultats d'une enquête menée par la fédération d'agences immobilières Century 21 et dévoilés par 'Le Figaro'. Au troisième trimestre, l'achat de logements anciens par des particuliers souhaitant les mettre en location aurait reculé de 5,8 % sur un an. A Paris, il aurait chuté de 11% depuis le mois de janvier. Blocage du marché Le texte, adopté par les députés le 17 septembre dernier sera examiné par les sénateurs à compter du 22 octobre prochain. Pour mémoire, il prévoit l'encadrement du prix des loyers, en zones "tendues" et marquées "par un fort déséquilibre entre offre et demande de logements". En outre, dans ces régions, les prix fixés par les propriétaires ne pourront y être supérieurs de plus de 20% au loyer médian fixé par un arrêté annuel du préfet de département. Dès la présentation du dispositif en juin dernier, l'Union nationale de la propriété immobilière avait mis en garde le gouvernement contre le risque de blocage du marché immobilier. "Il est clair que la possibilité de remettre en cause le montant du loyer dans les zones tendues, aussi bien à l'entrée dans les lieux que lors du renouvellement du bail, fera fuir les investisseurs", écrivait-elle. De son côté, la ministre du Logement, Cécile Duflot assure que ce projet de loi permettra de lutter efficacement contre "la flambée des prix, la pénurie de logements et la baisse du pouvoir d'achat des ménages".