L'investissement étranger en France s'est maintenu en 2011

  • A
  • A
L'investissement étranger en France s'est maintenu en 2011
Partagez sur :

La taille moyenne des projets a cependant diminué.

Malgré la crise, la France a encore attiré les investisseurs étrangers l'année dernière enregistrant même l'un de ses meilleurs résultats sur les dix dernières années avec 698 nouveaux projets de financement contre 782 en 2010. "La crise des dettes souveraines en Europe n'a pas remis en cause les investissements, préparés souvent de longue date", souligne le président de l'Agence Française pour les investissements internationaux (Afii), David Appia, en préface du bilan 2011. L'Hexagone se maintient ainsi au second rang en Europe, derrière le Royaume-Uni. Qui sont ces investisseurs décidant de s'installer en France ? Ils sont issus de 40 pays au total. La grande majorité d'entre-eux viennent d'Europe (60%), alors que l'Amérique du Nord comptent pour 25% du total et l'Asie pour 11%. A eux seuls, les Etats-Unis représentent 21% (149 projets) des investissements étrangers créateurs d'emplois réalisés dans le pays, ce qui en fait le premier pays d'origine suivi de l'Allemagne (120 projets). "Parmi les pays émergents, la Chine est à l'origine de 17 projets d'investissements en 2011, qui vont générer près de 700 emplois. L'Inde conserve sa seconde place parmi ces pays, avec 12 décisions d'investissement", ajoute l'Afii. Les investissements étrangers ont permis à la France de créer ou de maintenir 27.958 emplois. Un bon score, qui s'affiche toutefois en repli de 10% par rapport à 2010, précise l'Agence. Pour chaque projet, 40 postes sont donc nouveaux ou maintenus contre 60 en 2006 et 50 en 2008. Un recul qui s'explique notamment par des investissements de plus en plus centrés sur le secteur des logiciels et prestations informatiques, "domaine dans lequel le nombre moyen d'emplois par projet est de 19, contre 37 pour le secteur des services". Par ailleurs, les investisseurs n'ont pas annulé leurs projets malgré un contexte économique fragile, mais ont réduit leur ambition initiale, concède l'Afii.