L'Euro marque le pas en Asie

  • A
  • A
L'Euro marque le pas en Asie
Partagez sur :

Les marchés restent préoccupés par la situation financière de la zone euro, malgré les propos rassurants de Nicolas Sarkozy et Angela Merkel...

Le rebond de la devise européenne s'essouffle ce matin en Asie, après sa forte progression de la veille... La monnaie unique européenne recule de 0,25% à 1,3710 dollar, après avoir regagné près de 1%, hier, dans le sillage des déclarations d'Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, qui ont réaffirmé leur attachement à voir la Grèce rester au sein de la zone euro. Face au yen, l'euro recule également ce matin, franchissant le seuil de 105 yens/euro... Les investisseurs ont salué hier les déclarations politiques, ainsi que l'annonce par la Commission européenne qu'elle étudierait concrètement la création d'un marché d'Euro-obligations. Une solution qui permettrait de mutualiser la dette européenne et rassurerait les marchés, mais à laquelle L'Allemagne est fermement opposée... Au-delà des effets d'annonce, les cambistes estiment qu'aucune avancée concrète n'a cependant été réalisée sur le dossier grec à l'issue de la téléconférence d'hier soir entre Mme Merkel, M. Sarkozy et le Premier ministre grec Georges Papandreou. Les marchés restent ainsi sceptiques sur la capacité de l'Europe à empêcher une défaillance d'Athènes, qui pourrait à son tour déclencher une nouvelle crise du secteur bancaire dans la zone Euro. Leur inquiétude s'est aussi traduite par la hausse des taux d'intérêts lors de la dernière adjudication d'obligations d'Etat en en Italie, mardi... Les investisseurs s'attendent à une dégradation de la note de Rome par Moody's dans les prochains jours, après l'avertissement de l'agence de notation à ce sujet courant juillet. Aujourd'hui, ce sera au tour de l'Espagne d'émettre jusqu'à 4 milliards d'euros d'obligations d'Etat, une opération qui pourrait elle aussi être marquée par une hausse des taux d'intérêt et une demande modérée de la part des investisseurs, après la nouvelle dégradation par l'agence Fitch hier de plusieurs régions espagnoles très endettées...