L'Etat chinois se porte au secours de ses banques

  • A
  • A
L'Etat chinois se porte au secours de ses banques
Partagez sur :

Le fonds souverain CIC est intervenu en Bourse pour racheter des titres bancaires...

Les banques européennes ne sont pas les seules à se faire du souci !... En Chine, la santé des banques, très exposées à l'endettement colossal des collectivités locales, inquiète les autorités. Au point que ce matin, le fonds souverain CIC (China Investment Corporation) est intervenu massivement en Bourse pour acheter des titres bancaires massacrés ces derniers mois par les investisseurs. CIC est ainsi intervenu à travers une filiale, le fonds Central Huijin, qui gère les participations de l'Etat dans les 4 premières banques du pays, et qui dispose de 400 milliards de dollars de force frappe. Ce matin à Hong Kong, les titres bancaires s'offrent donc logiquement un vif rebond : +7,9% pour Industrial & Commercial Bank of China (ICBC), +7% pour China Construction Bank, +15% pour Agricultural Bank of China et +9% pour Bank of China. Huijin n'a pas précisé les montants qu'il comptait acquérir, ni la durée sur laquelle ces achats s'échelonneraient... Ce mardi, le fonds aurait acquis pour au moins 31 millions de dollars de titres bancaires, selon des chiffres compilés par l'agence 'Bloomberg'. Les cours de Bourse des banques chinoises ont chuté de près d'un tiers cette année en raison de leur forte exposition à l'immobilier et aux collectivités locales, qui ont emprunté à tout va dans le sillage du plan de relance de Pékin en 2008 pour lutter contre la crise financière mondiale. Selon un rapport gouvernemental révélé en juin dernier, les provinces et municipalités chinoises ont ainsi accumulé au moins 1.600 milliards de dollars de dettes à la fin 2010, dont 80% financés par les banques chinoises. Près de 25% de ces emprunts arrivent à échéance à la fin 2011, faisant craindre une hausse des défauts de paiement, et entraîneraient des pertes pour les banques... Le resserrement monétaire mené par les autorités chinoises depuis plus d'un an pour tenter de juguler l'inflation et dégonfler la bulle immobilière a encore accentué la pression sur les activités des banques chinoises.