L'Espagne revoit en forte baisse ses prévisions économiques

  • A
  • A
L'Espagne revoit en forte baisse ses prévisions économiques
Partagez sur :

Madrid anticipe désormais une contraction de 1,3% du PIB cette année, contre -0,5% jusqu'à présent

Le gouvernement espagnol a revu en forte baisse vendredi ses prévisions économiques, disant anticiper désormais une contraction de 1,3% du produit intérieur brut (PIB) cette année au lieu de -0,5% jusqu'à présent, et il a revu à la hausse sa prévision de déficit, à 6,3% contre 4,5%. Madrid, qui attend un retour à la croissance en 2014 avec une hausse de 0,5% du PIB, et une accélération à 0,9% en 2015, a précisé la vice-présidente du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria. Le gouvernement estime désormais qu'il lui faudra jusqu'en 2016 pour ramener le déficit sous le plafond de 3% fixé par les règles européennes, soit deux ans de plus que prévu initialement. La Commission européenne a laissé entendre dès vendredi qu'elle pourrait accorder à Madrid le temps nécessaire pour réduire son déficit. "Le report de la correction du déficit excessif à 2016 est cohérent avec l'analyse technique actuelle", a dit l'exécutif communautaire dans un communiqué. La Commission doit rendre sa décision définitive le 29 mai. Pas d'autres réformes Le taux de chômage en Espagne, qui a atteint au premier trimestre un niveau sans précédent à 27,2%, devrait légèrement se réduire à 27,1% sur l'ensemble de cette année, avant de revenir à 26,7% en 2014 et 25,8% en 2015. Soraya Saenz de Santamaria a en outre déclaré que le gouvernement n'aurait pas besoin d'adopter de mener d'autres réformes importantes, d'augmenter encore les impôts et de baisser de nouveau les dépenses publiques pour atteindre ses nouveaux objectifs. Madrid, qui a renoncé à baisser l'impôt sur le revenu l'an prochain, compte toujours le faire en 2015 et prévoit de revoir le niveau de l'impôt sur les sociétés. Les taxes sur la consommation et l'énergie ne seront pas modifiées.