L'envolée de l'euro, "ombre au tableau" de LVMH pour son PDG

  • A
  • A
L'envolée de l'euro, "ombre au tableau" de LVMH pour son PDG
Partagez sur :

Bernard Arnault s'inquiète de la remontée de la devise européenne...

La récente envolée de l'Euro commence à inquiéter les industries exportatrices... Le patron de LVMH a ainsi concédé qu'il était inquiet de la remontée de la devise européenne, qui rend les produits de luxe du groupe moins compétitifs... En présentant des résultats record pour LVMH 2012 (+12% à 3,4 milliards d'euros pour le bénéfice net), Bernard Arnault a ainsi estimé qu'une remontée de l'Euro était "hélas, à mon avis prévisible"... Tout en se montrant confiant pour 2013, le dirigeant a indiqué la "seule ombre au tableau (était) l'évolution des monnaies, qui pourraient être défavorable à l'Euro". Selon lui, "il y a un risque de bataille monétaire, de dévaluation compétitive, qui pourrait entraîner un scénario en 2013 dans lequel un certain nombre de monnaies baissent", alors que l'Euro remonterait... Merkel s'inquiète aussi La semaine dernière, la chancelière allemande Angela Merkel avait elle aussi évoqué à Davos la nouvelle politique de Yen faible du Japon, se déclarant "préoccupée" et estimant que le G20 devait se saisir de la question des changes lors de son prochaine réunion, prévue les 15 et 15 février... En France, le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg a aussi estimé que l'Euro était "trop haut" et a s'est dit "attentif" à cette question... Depuis six mois, le Dollar a ainsi regagné 17,5% face au Yen, tandis que l'Euro a flambé de plus de 31%, passant de 96 Yens/Euro, le 1er aout dernier, à 125,6 Yens/Euro ce matin dans les échanges interbancaires. Dans le même temps, l'Euro a aussi grimpé de près de 11% face au Dollar, sur fond de regain de confiance des marchés dans la zone Euro, mais aussi en raison d'une politique monétaire comparativement moins accommodante en Europe. Le principal taux directeur de la BCE est encore fixé à 0,75%, contrastant avec la politique de taux zéro menée par les Etats-Unis et le Japon.