L'autorité de la concurrence enquête sur les verres optiques

  • A
  • A
L'autorité de la concurrence enquête sur les verres optiques
Partagez sur :

Elle confirme mercredi que des opérations de visite et saisie inopinées ont été réalisées mercredi dans le secteur.

L'Autorité de la concurrence confirme mercredi que des opérations de visite et saisie inopinées ont été réalisées mercredi dans le secteur de la commercialisation des verres optiques. Ces visites ont été menées "après autorisation d'un juge des libertés et de la détention", auprès d'entreprises "suspectées d'avoir mis en oeuvre des pratiques anticoncurrentielles", peut-on lire dans un communiqué. D'après 'Le Figaro', les opticiens, qui font l'objet de nombreuses critiques pour leurs pratiques tarifaires, ne sont pas concernés. Il s'agirait plutôt des fabricants de verre, "à commencer par Essilor". "A ce stade, ces interventions ne préjugent bien évidemment pas de la culpabilité des entreprises concernées par les pratiques présumées, que seule une instruction au fond permettra le cas échéant d'établir", poursuit l'autorité de la concurrence. Bientôt des plafonds Le prix des lunettes est au coeur d'un débat depuis plusieurs semaines en France. Un projet de décret a été publié, pour tenter de faire baisser les tarifs, alors que les Français sont parmi ceux qui payent le plus cher en Europe. Le texte limiterait, à partir d'avril 2015, les remboursements des mutuelles complémentaires à 470 euros pour une paire de lunettes à verres simples, 750 pour les verres complexes et 850 pour les très complexes, le plafond pour les sur les montures étant fixé à 150 euros. Dans ce dossier, ce sont souvent les opticiens qui sont épinglés pour leurs tarifs. D'après une enquête récente de l'UFC Que Choisir, 17,9% des professionnels qui ont subi la visite d'un client-mystère ont spontanément proposé à celui-ci de falsifier sa facture pour qu'il bénéficie d'un meilleur remboursement. L'association de défense des consommateurs estime que ces fraudes renchérissent les cotisations des Français de 142 millions d'euros par an.