L'audit de la Cour des comptes sur les finances publiques reporté à début juillet

  • A
  • A
L'audit de la Cour des comptes sur les finances publiques reporté à début juillet
Partagez sur :

Le gouvernement a réclamé l'examen précis des comptes de la nation afin de définir plus clairement les mesures devant permettre de remplir les objectifs de réduction du déficit

L'audit sur les finances publiques commandé auprès de la Cour des comptes par le gouvernement devrait être publié plus tard que prévu, entre le 2 et le 4 juillet contre le 28 juin initialement, a confié un porte-parole de l'institution auprès de l'agence Reuters. L'encombrement de l'agenda gouvernemental serait à l'origine de ce report. Le gouvernement a réclamé l'examen précis des comptes de la nation afin de définir plus clairement les mesures devant permettre de remplir les objectifs de réduction du déficit, à savoir qu'il sera ramené à 4,5% du PIB à la fin de cette année puis à 3% en 2013 contre 5,2% fin 2011. Lors de la campagne présidentielle, François Hollande a indiqué qu'il envisageait, pour y parvenir, de s'attaquer à la réduction des niches fiscales - 29 milliards d'euros de recettes supplémentaires - qu'il créerait une tranche d'impôt sur le revenu supplémentaire à 45% et qu'il rétablirait l'ancien barème de l'Impôt sur la fortune. Parallèlement, il envisage de ralentir la hausse des dépenses à 1,1% en moyenne par an, sans avoir précisé les moyens pour y parvenir, ce qui lui avait valu quelques critiques durant la campagne. Reste que le gouvernement pourrait être amené à réaliser de nouveaux ajustements, compte tenu du ralentissement économique qui frappe la France mais aussi l'Europe. La semaine dernière, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a reconnu que "plusieurs indicateurs, notamment ceux de la Banque de France" soulèvent "des questions", pouvant amener le gouvernement à réajuster ses prévisions. Il table actuellement sur un PIB de +1,7% en 2013, contre une croissance estimée à +1,2%, par l'OCDE. En revanche, il a promis qu'il n'y aurait pas d'austérité.