L'association de taxis assigne Uber en justice pour ses pratiques tarifaires

  • A
  • A
L'association de taxis assigne Uber en justice pour ses pratiques tarifaires
Partagez sur :

Elle accuse la société amérciaine de concurrence déloyale.

Nouvelle offensive des taxis contre Uber, plateforme de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC)... L'association française représentant la profession a annoncé mercredi qu'elle assignait la société américaine en référé devant le Tribunal de commerce de Paris. Tarification pointée du doigt L'association pointe du doigt la méthode de tarification "horokilométrique" pratiquée par Uber. Utilisée par les taxis, elle n'est pas autorisée pour les VTC, rappelle l'association. Le code du tourisme dispose en effet qu'il "est interdit d'utiliser à bord d'une voiture de tourisme avec chauffeur un appareil, dispositif ou produit de nature à créer, dans l'esprit du public, une confusion avec le compteur horokilométrique homologué (...) à l'activité de conducteur et à la profession d'exploitant de taxi". En outre, le prix de la prestation doit être communiqué au client au moment de la réservation. Uber est déjà dans le viseur du gouvernement. En avril dernier, la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) a décidé de saisir le Procureur de la République dans le but d'engager des poursuites contre la plateforme pour pratiques commerciales trompeuses. Elle vise son service de covoiturage urbain, baptisé uberPOP, qui met en relation des particuliers utilisant leur véhicule contre rémunération des clients.