L'Asie boursière en rouge

  • A
  • A
L'Asie boursière en rouge
Partagez sur :

Avec le retour des craintes sur la zone euro...

Après un répit de courte durée, les Bourses asiatiques signent leur retour dans le rouge ce matin, anticipant des dégradations de notations souveraines en Europe, malgré l'accord trouvé au récent sommet européen en fin de semaine passée. L'indice Nikkei a fini sur un recul de 1,17%, dans le sillage de la rechute de Wall Street et en Europe hier soir (-3,1% pour l'EuroStoxx 50, -2,6% pour le CAC 40, -1,3% pour le DJIA et le Nasdaq). A Hong Kong, l'indice Hang Seng cède 0,7%, tandis qu'à Shanghai l'indice Shanghai Composite perd 1,8%, le Taiex de Taiwan recule de 0,7% et le Kospi de la Bourse de Séoul chute de 1,9%. De son côté, Sydney relâche 1,4% et Singapour baisse de 0,8%. Seule la Bourse de Bombay (indice BSE Sensex), en net repli la veille, se reprend légèrement de 0,3%. Après avoir salué brièvement l'accord trouvé au sommet européen de jeudi et vendredi dernier, les investisseurs l'ont rapidement jugé insuffisant pour régler la crise de l'Euro et éviter une dégradation des notes des pays européens par les agences de notation... Ainsi, Moody's a maintenu hier sa menace de dégrader les pays de l'Union européenne, y compris ceux bénéficiant du "Triple A". Fitch aussi a estimé l'accord insuffisant et a revu en baisse ses prévisions de croissance pour la zone Euro, à seulement 0,4% pour 2012... Sur le marché des changes, l'Euro a réagi dès hier par une forte baisse, retombant au plus bas depuis deux mois, sous le seuil de 1,32$. Il a chuté jusqu'à 1,3160$ dans la nuit, avant de se stabiliser en début de matinée à 1,3180$ (+0,1%). Les statistiques asiatiques de la matinée n'ont pas apporté de réconfort aux investisseurs : les exportations philippines ont plongé de 14,6% en octobre sur un an, tandis que la production industrielle de l'Inde a baissé de 5,1% en octobre, sa première contraction mensuelle depuis juin 2009. Les nouvelles ne sont pas meilleures concernant la Chine... La banque UBS a estimé ce matin dans une note que les exportations chinoises pourraient stagner l'an prochain, si la zone Euro tombe en récession, ce qui pèserait sur la croissance mondiale. Sur le front de l'immobilier, le marché chinois continue aussi de fléchir : L'institut SouFun a ainsi révélé une baisse du nombre des transactions dans 27 des 35 grandes villes chinoises dans la semaine du 5 au 11 décembre, avec des chutes dépassant même 60% dans 4 villes ! A la Bourse de Hong Kong, les foncières chinoises ont poursuivi leur dégringolade ce mardi matin, avec des reculs de plus de 2% pour China Resources Land et Hang Lung Properties. Parmi les rares hausses du jour, China Gas Holdings bondit de 20% à Hong Kong après l'annonce d'une offre conjointe sur le groupe par ENN Energy Holdings et China Petroleum & Chemical Corp...