L'argent ne fait pas le bonheur en France, d'après l'Insee

  • A
  • A
L'argent ne fait pas le bonheur en France, d'après l'Insee
Partagez sur :

L'Insee a calculé pour la première fois le niveau de "satisfaction dans la vie" de la population...

Une note de 6,8 sur 10. Voilà comment les Français notent leur niveau de satisfaction dans la vie, d'après une étude de l'Insee publiée pour la première fois, dans le sillage du rapport de l'économiste Joseph Stiglitz, en 2009, sur la mesure du progrès économique et social. Au sein de la population, seuls 7% des personnes interrogées s'attribuent une note inférieure à cinq sur 10. "Les habitants de l'agglomération parisienne, et les adultes vivant seuls ou uniquement avec des mineurs, sont respectivement 9,8% et 10,8% à exprimer un niveau de satisfaction aussi faible. Surtout, ils sont 22,5 % parmi les personnes les plus modestes, situées dans le premier décile de revenu fiscal", détaille l'institut de la statistique. Les Français contents de leur vie sont deux fois plus nombreux (13% de la population adulte). "C'est encore le revenu qui apparaît jouer le rôle le plus significatif, avec 23,4 % de personnes satisfaites parmi celles appartenant à un ménage qui dispose de hauts revenus", indique l'Insee. Risques psychosociaux au travail Mais l'argent ne fait pas tout. "Un mauvais état de santé, des conditions de logement dégradées ou les sentiments d'insécurité physique et économique coïncident également avec une plus faible satisfaction", notent les auteurs de cette étude. Ainsi, la faiblesse des liens sociaux ou le stress de la vie quotidienne semblent peser autant que des difficultés financières. En revanche, "la perception de la qualité de l'environnement ou celle de tensions dans la société n'ont pas d'influence significative sur le bien-être ressenti". L'Insee s'est par ailleurs penché sur l'impact des risques psychosociaux au travail. Il est jugé "comparable à celui des problèmes de santé physique, mais moins fort que ceux des contraintes financières, de l'isolement social et du stress de la vie courante". Par ailleurs, pour ceux qui travaillent, le bien-être est plus dépendant des contraintes financières que pour l'ensemble de la population : "les actifs occupant un emploi et en situation de mal-être au travail sont également plus fréquemment ceux qui déclarent une moindre satisfaction", conclut cette enquête.