L'âge, premier critère cité par les salariés du privé victimes de discrimination au travail

  • A
  • A
L'âge, premier critère cité par les salariés du privé victimes de discrimination au travail
Partagez sur :

Il devance désormais l'origine ethnique...

Environ un quart des salariés aurait déjà été victime de discriminations dans le cadre du travail (26% des agents de la fonction publique et 28% des salariés du privé), d'après une étude CSA réalisée à la demande de l'Organisation internationale du Travail et du défenseur des droits. L'auteur le plus fréquemment cité reste le supérieur hiérarchique. Parmi les critères de discrimination, le sexe (23% des agents publics comme des salariés du privé) et la grossesse (17% dans le public et 25% dans le privé), sont les premiers cités par les victimes. L'institut CSA précise que, depuis 2009, l'origine ethnique qui était citée comme principal critère de discrimination dans le privé est maintenant devancé par l'âge (26%). En revanche, du côté des témoins de discrimination, l'origine est toujours la première cause citée (35% des cas) dans le privé et la deuxième dans le public (26%). Des situations de discrimination constatées "dans le travail au quotidien (22% pour les agents et 20% pour les salariés) et pour l'évolution de carrière (17% et 18%). L'embauche (14% des salariés contre 10% pour les agents de la fonction publique), les demandes d'augmentation de salaire (9% contre 15%) et les retours d'un congé lié à la naissance ou l'adoption d'un enfant (12% contre 8%) sont davantage identifiés par les salariés du privé comme des instants où ils ont pu observer des pratiques discriminatoires", précise l'étude.