Jean-Marc Ayrault en Chine pour renforcer les relations économiques bilatérales

  • A
  • A
Jean-Marc Ayrault en Chine pour renforcer les relations économiques bilatérales
Partagez sur :

Le Premier ministre a entamé jeudi un voyage de cinq jours en Chine. Il est accompagné de plusieurs ministres.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a entamé jeudi un voyage en Chine qui se déroulera jusqu'au 9 décembre prochain. Objectif: "renforcer les relations économiques bilatérales", écrit Matignon dans un communiqué. Il est accompagné, entre autres, des ministres du Redressement productif, Arnaud Montebourg et de l'Ecologie, Philippe Martin. Rééquilibrer les échanges Dans son discours de clôture du colloque annuel du Comité France-Chine sur l'innovation, Jean-Marc Ayrault a rappelé ce jeudi la force des liens commerciaux qui unissent les deux pays. "Le volume annuel de nos échanges dépasse 50 milliards d'euros. La France est le deuxième fournisseur européen de la Chine. 1500 entreprises françaises y sont présentes et y emploient plus de 500.000 personnes", a-t-il souligné, d'après le transcript publié par Matignon. Cependant, "face à une relation économique forte, mais déséquilibrée, l'ambition est claire. C'est celle d'un rééquilibrage par le haut", a martelé Jean-Marc Ayrault, évoquant la nécessaire mise en place de partenariats dans de nouveaux domaines comme "la ville durable, le numérique ou encore la santé". Le 25 octobre dernier, les autorités chinoise et française ont ainsi signé un accord pour un projet de ville durable dans la région du grand Wuhan. Il devrait associer de "grands groupes chinois du bâtiment aux entreprises françaises possédant une expertise mondialement reconnue". "La Chine doit investir en France" "Les entreprises chinoises doivent aussi être convaincues de l'opportunité que représente pour elles le fait d'investir en France, au coeur de l'Union européenne et de la zone euro, en tirant ainsi parti de ses infrastructures, de l'excellence de sa recherche et du haut niveau de formation et de productivité globale de ses salariés", a ajouté Jean-Marc Ayrault qui souhaite entretenir ses relations avec Pékin en ce domaine. L'an dernier, les investisseurs chinois ont représenté 58 % de l'ensemble des projets décidés par les entreprises des BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) en France, d'après le rapport annuel des investissements étrangers.