Inverser la courbe du chômage, un scénario probable pour 16% des Français

  • A
  • A
Inverser la courbe du chômage, un scénario probable pour 16% des Français
Partagez sur :

84% pensent que François Hollande n'atteindra pas son objectif...

C'est un objectif martelé par François Hollande et son équipe, mais auquel les Français ne croient pas. Moins d'une personne sur six (16%) pense qu'une inversion de la courbe du chômage en France fin 2013 peut être atteinte, selon un sondage Ifop publié mercredi par l'hebdomadaire 'Valeurs actuelles'. Ils sont 84% à pronostiquer le contraire. "Au fur et à mesure que l'échéance approche et en dépit d'annonces relatives à une amélioration progressive de la situation économique, le scepticisme augmente puisqu'en janvier dernier, 25 % des personnes interrogées (soit 9 points de plus qu'aujourd'hui) pensaient que le chef de l'Etat pourrait atteindre son objectif", analyse l'Ifop. Les sympathisants de gauche aussi sont très sceptiques, puisque deux tiers d'entre eux (65%) estiment que ce but ne sera pas atteint. Record de chômage Le nombre de chômeurs est reparti à la hausse en juin en France après la pause observée au mois de mai qui avait mis fin à deux années de progression continue, selon les chiffres publiés fin juillet par le ministère du Travail. Les demandeurs d'emplois de la catégorie A, n'exerçant aucune activité, ont ainsi augmenté de 14.900 sur le mois, soit de 0,5%, pour atteindre 3.279.400, un nouveau record, en France métropolitaine. Pourtant l'exécutif continue d'y croire : en déplacement à la Roche-sur-Yon mardi, François Hollande s'est félicité de la montée en puissance du dispositif des contrats d'avenir, censé encourager l'emploi des jeunes. "Il y a 45.686 emplois d'avenir qui ont été mis en place", sur les 100.000 espérés avant la fin de l'année, a-t-il annoncé. "Les plus pessimistes diront que nous sommes à peine à la moitié de l'objectif au mois d'ao�"t", a-t-il déclaré, ajoutant que les plus optimistes observeront "une phase d'accélération". "Sur le seul mois de juillet, (...) qui n'est pourtant pas le plus chargé en activité, nous avons eu 11.000 jeunes recrutés contre 8.000 au mois de juin", a fait valoir le chef de l'Etat.