Immobilier : vers une baisse significative des ventes dans l'ancien en 2012

  • A
  • A
Immobilier : vers une baisse significative des ventes dans l'ancien en 2012
Partagez sur :

Compte tenu du contexte économique et financier tendu...

Dans l'immobilier ancien, "la hausse des prix sur un an reste globalement forte au deuxième trimestre de 2011 (7,8%) en dépit d'un ralentissement", remarquent les notaires de France dans leur note de conjoncture publiée jeudi. En évolution annuelle, le prix des appartements a en effet progressé de 10,3% et celui des maisons de 5,3%. Paris se situe une fois encore bien au-dessus de la moyenne, avec des prix qui ont bondi de 22% pour les appartements. En province, la stabilité des prix prévaut aussi bien pour les deux types de biens, avec des disparités moins importantes. En outre, ce marché est tiré par "un certain nombre de grandes agglomérations dans lesquelles les prix augmentent fortement", en moyenne 10%, comme à Lille ou Nantes, font remarquer les notaires. Du côté des volumes de ventes, le rythme de transactions est moins rapide au deuxième trimestre (+16% fin juin contre +32% fin décembre 2010) mais leur niveau est proche de celui des meilleures années (2003/2007), ajoutent les notaires. A fin juin, sur un an, ils recensent 812.000 transactions. Côté perspectives, les notaires estiment que les volumes de transaction en 2011 devraient être équivalents ou légèrement inférieurs à ceux de 2010 mais tablent sur une baisse significative en 2012, compte tenu du contexte économique et financier (restriction du crédit bancaire, réforme de la taxation des plus-values).