Immobilier : le Scellier nouveau est dans les tuyaux

  • A
  • A
Immobilier : le Scellier nouveau est dans les tuyaux
Partagez sur :

Les professionnels de l'immobilier ont finalement été entendus...

Les professionnels de l'immobilier ont finalement été entendus ! La ministre du logement, Cécile Duflot, prépare bien un nouveau dispositif fiscal pour remplacer le Scellier, qui doit prendre fin en décembre prochain... Le secteur du logement continuera donc à bénéficier d'une incitation fiscale à l'investissement locatif, même si ses conditions promettent d'être plus restrictives que par le passé. De nouvelles zones Le nouveau plan, qui sera présenté le 24 septembre dans le cadre du projet de loi de Finances 2013, se veut ainsi plus social que le précédent, et imposera des niveaux de loyers plus modérés aux programmes immobiliers retenus. Par ailleurs, les zones éligibles au "Scellier nouveau", qui seront déterminées par l'observatoire des loyers, seront différentes et sans doute moins vastes que les zones actuelles. Par ailleurs, afin de faciliter la primo-accession au logement, le ministère de Cécile Duflot réfléchit aussi à élargir l'accès au prêt à taux zéro+ pour des logements anciens. L'objectif de cette nouvelle niche fiscale est triple : soutenir des promoteurs immobiliers en mal de nouveaux projets en raison de la crise, encourager les investisseurs à faire des placements locatifs "sociaux" et enfin, soutenir les ménages à revenus modestes, qui devraient ainsi trouver à se loger à des loyers raisonnables... Des soutiens générateurs de flambée des prix ? En ces temps de crise, le gouvernement a donc choisi de perpétuer la longue tradition de la "béquille fiscale" à l'immobilier (dispositifs Méhaignerie, Besson, Perissol, Robien, Scellier...) plutôt que de laisser le marché s'ajuster de lui-même. Selon un certain nombre d'économistes, les soutiens publics continus au secteur immobilier sont un des facteurs déterminants dans la flambée des prix des logements ces dernières années, contribuant à rendre l'accession à la propriété très difficile pour de nombreux ménages... Quatre ans après le début de la crise économique mondiale en 2008, la France est ainsi un des rares pays du monde à avoir connu une hausse des prix immobiliers sur la période, en particulier dans les plus grandes villes, un phénomène également entretenu par l'insuffisance chronique du nombre de constructions nouvelles dans le pays...