Immobilier : le flou fiscal freine les achats des étrangers à Paris

  • A
  • A
Immobilier : le flou fiscal freine les achats des étrangers à Paris
Partagez sur :

Les grands appartements ou hôtels particuliers ont du mal à trouver preneurs...

Le "flou fiscal" freine l'acquisition immobilière de la clientèle étrangère dans la capitale... Moins de clients étrangers à Paris, cela signifie aussi une pression supplémentaire à la baisse sur les prix de certaines catégories de biens, haut de gamme en particulier, note la plateforme immobilière dédiée au marché immobilier parisien Wall-Market.com. Les dernières observations du groupe d'agences immobilières haut de gamme Barnes montrent d'ailleurs une baisse des prix de l'ordre de 2% à 5 % pour les biens inférieurs à 2,5 millions d'euros à Paris et la banlieue Ouest sur les transactions du début de l'année. Barnes observe même que les grands appartements ou hôtels particuliers supérieurs à 300 mètres carrés ont du mal à trouver preneurs et voient leur prix baisser de 20%. Les étrangers n'échappent à la fiscalité sur les plus-values Il faut en effet rappeler que les étrangers sont soumis à la fiscalité des non-résidents et sont assujettis en cas de revente de leurs biens immobiliers, à Paris et en France, au régime des plus values immobilières sur les résidences secondaires. Ils ont donc subi les trois derniers changements de taxation intervenus en France au cours des 12 derniers mois. Les étrangers sont également assujettis en fonction de leur pays de résidence. Pour les résidents de l'Union Européenne comme pour les résidents français, le régime forfaitaire de 34,5% (19% + CSG/CRDS à 15,5%) s'applique, sans oublier la nouvelle surtaxe pour les plus-values supérieures à 50.000 euros (par exemple +2% jusqu'à 100.000 euros). Pour les résidents hors UE, la facture est plus lourde à 48%, plus la surtaxe pour les plus-values supérieures à 50.000 euros. Une clientèle désorientée Les résidents d'un Etat ayant signé une convention avec la France peuvent toutefois bénéficier de la clause d'égalité de traitement ou d'assimilation aux nationaux. S'ils bénéficient de cette clause, ils sont imposés à 34,5% selon les mêmes règles que les résidents de l'UE et bénéficient des mêmes exonérations que les résidents de France, dont les abattements permettant l'exonération pour un délai de détention du bien de 30 ans. "Nos agences partenaires se trouvent de plus en plus confrontées à une clientèle étrangère désorientée face à ses changements successifs de fiscalité immobilière", explique Thierry Maupas, Responsable du développement Réseau de Wall-Market.com. Il préconise donc d'orienter cette clientèle vers différents conseils (Notaires, Banques, avocats fiscalistes) avant toute visite ou acquisition...