Immobilier : la FFB réclame "une carotte fiscale pour relancer la machine"

  • A
  • A
Immobilier : la FFB réclame "une carotte fiscale pour relancer la machine"
Partagez sur :

François Hollande a annoncé mercredi un plan de relance pour le secteur.

"Il faut des mesures fiscales fortes (...) annoncées dans le mois qui vient (...) pour redonner confiance à ce marché de l'immobilier", a martelé ce jeudi matin, le président de la Fédération française du bâtiment (FFB), Jacques Chanut, sur BFM Business. "Il ne manque pas grand chose, il suffit d'une carotte fiscale", a-t-il ajouté, évoquant quelques pistes de travail. Un appel lancé à l'exécutif, au moment où François Hollande a promis un nouveau plan de relance pour le secteur. Duflot : "Tout n'est pas mauvais" "Les annonces de madame Duflot n'allaient pas dans le bon sens", a reconnu Jacques Chanut, alors que le Premier ministre Manuel Valls tiendrait l'ancienne ministre pour responsable de la crise du secteur. La réglementation du secteur a "servi de catalyseur pour continuer de freiner le marché", a-t-il fait valoir. Il estime toutefois que "tout n'est pas mauvais" dans le dispositif mis en place par l'ex-ministre du Logement. Des mesures simples "Seulement il faut par exemple permettre d'acheter et des louer à des ascendants/descendants. Le système actuel bloque la solidarité intergénérationnelle", a expliqué le président de la Fédération. La mesure est "simple" et pourrait relancer l'investissement privé. Concernant les primo-accédants, dans un contexte où les taux sont à un niveau très bas, "le problème c'est l'apport", a souligné Jacques Chanut. Ce dernier préconise "un prêt à taux zéro avec un différé suffisamment long". Selon lui, un différé de quatre ou cinq ans a un impact très limité. Rappelons que dans le nouveau PTZ, la durée du prêt dépend de la tranche dans laquelle se situe le quotient de l'emprunteur. En outre, le différé se situera entre 5 ans et 14 ans, à compter du 1er octobre.