Immobilier : coup d'arrêt à la hausse des loyers en France

  • A
  • A
Immobilier : coup d'arrêt à la hausse des loyers en France
Partagez sur :

Les plus fortes baisses sont signalées au Havre, à Rennes et à Rouen

Les loyers ont marqué le pas en France depuis le début de l'année, et s'affichent même en baisse dans 30% des villes ! Ainsi, sur l'ensemble de l'Hexagone, les loyers des nouveaux baux (établis à l'occasion d'un changement de locataire) ont encore augmenté de 0,5% en rythme annuel sur la période janvier-mai, mais cette légère progression est désormais inférieure à l'inflation (1%), selon les données publiées par l'observatoire des loyers Clameur. L'an dernier sur la même période, les loyers avaient progressé de 1% et ils avaient monté de 2,2% sur l'ensemble de 2012... Un moins grand nombre de déménagements Ce ralentissement est attribué à la crise économique, qui entraîne un moins grand nombre de déménagements de la part des Français, inquiets pour leur avenir... Les loyers ont même baissé dans 38,5% des villes de plus de 10.000 habitants, et dans 30% des grandes métropoles de plus de 146.000 habitants, y compris à Paris, qui reste la ville la plus chère de France  (-1,3% à 23,90 euros le m2). Les plus fortes baisses se sont produites au Havre (-3,5% à 10,50 euros/m2), à Rennes (-3,3% à 11,70 euros/m2), à Rouen (-3% à 11,50 euros/m2), Nice (-2,4% à 14,30 euros/m2), Bordeaux (-1,5% à 12,30 euros/m2) ou encore Le Mans (-0,8% à 8,50 euros/m2). Dans près de la moitié (45%) des autres grandes villes, les loyers augmentent de façon très modérée : Montpellier (+0,6% à 13,70 euros/m2), Strasbourg (+0,5% à 12,70 euros/m2), Villeurbanne (+0,5% à 11,80 euros/m2), Dijon (+0,5% à 11,80 euros/m2), Marseille (+0,3% à 12,60 euros/m2) ou Grenoble (+0,1% à 12 euros/m2). Reims en tête Certaines métropoles affichent encore des hausses substantielles comme Reims (+6,8% à 11,80 euros/m2), Angers (+2,4% à 10,70 euros/m2), Lille (+2,3% à 14 euros/m2), Toulouse (+1,4% à 11,90 euros/m2) ou encore Lyon (+1,1% à 12,80 euros/m2). Annonces et des décisions publiques "Depuis l'été 2011, le marché locatif privé s'enfonce dans la récession, affecté comme l'ensemble de l'économie immobilière par le ralentissement économique qui s'est amorcé avec le déclenchement de la crise des dettes souveraines", relève l'auteur de l'enquête, Michel Mouillart. Outre la crise économique, le marché est aussi "déstabilisé par des annonces et des décisions publiques qui bouleversent les projets des investisseurs et des propriétaires bailleurs et finissent par renforcer le déséquilibre des marchés", poursuit-il... La ministre du logement Cécile Duflot prépare actuellement une loi sur l'encadrement des loyers ainsi qu'une loi "urbanisme et logement" qui réformera les relations entre les bailleurs et leurs locataires, instaurant notamment une assurance sur les loyers impayés.