Immobilier : 2012, année de tous les records pour les biens d'exception

  • A
  • A
Immobilier : 2012, année de tous les records pour les biens d'exception
Partagez sur :

Le marché de l'immobilier de luxe n'est pas impacté par la conjoncture !

Un pied à terre parisien au coeur de Saint-Germain-des-Prés payé plus de 4 millions d'euros par un industriel européen, un appartement parisien avec vue sur la Tour Eiffel acheté 5 millions d'euros par un brésilien en cadeau à son épouse, un triplex à aménager dans le 8ème arrondissement de Paris pour plus de 7 millions d'euros, ou encore une villa sur les hauteurs de Ramatuelle (près de Saint-Tropez) acquise à plus de 4 millions d'euros, autre cadeau d'un homme d'affaires vivant à Londres à son épouse ! Ces transactions ont été récemment réalisées par le réseau immobilier de luxe Coldwell Banker France & Monaco et montrent donc que le marché de l'immobilier de luxe n'est pas impacté par la conjoncture. 2012 sera même assurément l'année de tous les records pour l'immobilier d'exception, d'après Coldwell Banker. Laurent Demeure, Président de Coldwell Banker France & Monaco, estime en effet qu'il n'y pas d'impact de la conjoncture sur le marché des biens exceptionnels car les milliardaires du monde entier sont dans une "frénésie d'achat immobilier". "De quelque nationalité qu'ils soient, les foyers les plus aisés de la planète rêvent quasiment tous d'avoir un pied-à-terre à Paris. Guère de chance, dans ces conditions, d'assister à une chute des prix", analyse Laurent Demeure. Coldwell Banker s'attend toutefois à une stabilisation des prix pour la fin de l'année sur le marché parisien des appartements de prestige (1 à 3 ME) qui subit une légère baisse de la demande mais pourrait souffrir plus dans les mois qui viennent, compte tenu du désir affiché de certaines familles de s'exiler en raison de l'augmentation de la fiscalité sur l'immobilier. Le nouveau gouvernement vient d'ailleurs de proposer dans sa loi de finances rectificative pour 2012 que les revenus immobiliers des non-résidents soient assujettis aux prélèvements sociaux (15,5%). Dans l'immédiat, Coldwell Banker observe déjà une certaine désaffection pour les grands appartements familiaux à Paris avec une volonté des vendeurs d'aboutir plus rapidement... Le réseau d'immobilier de luxe observe aussi que de nombreux clients fortunés se posent des questions sur l'opportunité de partir vivre à l'étranger. "Londres et New York sont plébiscités par les hommes d'affaires, les familles retraitées optent plutôt pour la Suisse, tandis que les foyers gardant leurs actifs professionnels en France préfèreraient plutôt la Belgique", explique Laurent Demeure.