Hollande doit présenter mardi sa nouvelle carte territoriale

  • A
  • A
Hollande doit présenter mardi sa nouvelle carte territoriale
Partagez sur :

L'objectif de l'exécutif est de diviser par deux le nombre de régions, pour les faire passer à une douzaine environ...

C'est demain mardi que François Hollande va annoncer les grandes lignes de sa réforme territoriale, qui doit permettre d'éviter les doublons entre chaque échelon administratif. L'objectif de l'exécutif est de diviser par deux le nombre de régions, pour les faire passer à une douzaine environ, et vider de leur substance les conseils départementaux. Ce projet d'allègement du fameux "mille-feuille territorial" devrait faire l'objet, mi-juin, d'un projet de loi incluant le report de six mois ou un an des élections régionales du printemps 2015. François Hollande souhaite aussi un report des départementales. Un deuxième projet de loi, présenté aussi en juin, donnerait de nouvelles compétences aux collectivités locales, avec une possible disparition des départements qui supposerait une révision constitutionnelle. Le chef de l'Etat a écarté un référendum pourtant réclamé par de nombreux partis. Un congrès semble aussi peu probable, la majorité nécessaire semblant quasi-impossible à trouver dans un contexte de grande défiance à l'égard de l'exécutif sur fond de marasme économique. Combien d'économies ? Le secrétaire d'Etat chargé du dossier, André Vallini, a estimé entre 12 et 25 milliards d'euros par an les économies possibles à terme. "Le budget des collectivités locales représente au total 250 milliards d'euros. Les meilleurs spécialistes pensent qu'en tablant sur des économies d'échelle et des suppressions de doublons qui pourraient à terme représenter de 5% à 10%", at-t-il déclaré récemment au 'Figaro'. Mais des spécialistes des finances publiques, de gauche comme de droite, et des experts indépendants doutent de ce chiffre. "On ne fait pas une réforme pour chercher simplement des économies", a admis François Hollande, en déplacement vendredi à Rodez, dans l'Aveyron. "La réforme, ça doit être celle qui permet à des territoires de devenir plus puissants pour mener à bien des politiques culturelles, des politiques économiques, des politiques de formation. C'est ça l'idée." En 2013, le budget des 27 régions françaises était de 27,4 milliards d'euros, soit 2% environ de la dépense publique, dont une dizaine de milliards consacrés à l'investissement. Leur compétences vont du climat, à l'aménagement et au développement durable, en passant par le développement économique, les transports, l'innovation et l'enseignement. Les départements sont de leur côté chargés des aides sociales, de la gestion des routes, des collèges ou des pompiers. Les plus sceptiques s'interrogent notamment sur le problème du transfert de leurs compétences vers les régions, l'Etat ou les intercommunalités - dont beaucoup ne sont pas assez fortes pour supporter ce changement.