Hewlett-Packard : jusqu'à 16.000 nouvelles suppressions d'emplois en vue !

  • A
  • A
Hewlett-Packard : jusqu'à 16.000 nouvelles suppressions d'emplois en vue !
Partagez sur :

Le fabricant de PC est confronté à une chute de ses ventes.

Confronté à la baisse de ses ventes, Hewlett-Packard prévoit une nouvelle réduction drastique de ses effectifs. Le fabricant de PC, déjà engagé dans un plan portant sur la réduction de 34.000 postes depuis 2011, pourrait encore réduire la voilure de 11.000 à 16 .000 postes supplémentaires dans les prochaines années, ce qui pourrait porter les coupes à 50.000 au total, a indiqué hier la direction. Les effectifs du groupe pourraient ainsi être ramenés autour de 300.000 contre plus de 317.000 actuellement. Résultats trimestriels inférieurs aux attentes Ces annonces de nouvelles coupes claires dans les effectifs interviennent alors que HP a publié hier soir des résultats un peu inférieurs aux attentes pour son 2ème trimestre fiscal. Le bénéfice net par action a certes bondi de 18% à 1,27 milliard de dollars (0,88$ par action en données ajustées), conforme aux attentes, mais le chiffre d'affaires a baissé de 1% à 27,3 Mds$, alors que les analystes tablaient sur des ventes un peu plus dynamiques à 27,41 Mds$ en moyenne. Le cours de l'action Hewlett-Packard a reculé de 2,25% hier soir à la clôture de Wall Street, puis regagnait 0,2% en cotations post-séance. Effets positifs sur le bénéfice Meg Whitman, la directrice générale de HP, a précisé que les coupes concerneraient toutes les unités du groupe et tous les pays. Selon la dirigeante, le nouveau plan produira un effet positif de 2 à 3% sur le bénéfice par action sur l'exercice fiscal 2014 (clos le 31 octobre) et entraînera une charge de 500 millions de dollars au second semestre. La réduction de co�"ts additionnelle atteindrait 1 Md$ sur l'exercice fiscal 2016, a-t-elle précisé. Malgré le redressement des comptes entamé sous la direction de Mme Whitman, en poste depuis fin 2011, les analystes continuent de douter de la stratégie de HP, qui a choisi de conserver son activité de production de PC, contrairement à la plupart de ses concurrents, comme IBM, qui se sont recentrés sur les services, au marges plus confortables. Au 2ème trimestre, les ventes de PC se sont pourtant bien comportées chez HP, en hausse de 7%, mais ce rebond était surtout lié à des achats d'entreprises en avril, à l'approche de la fin annoncée des services support à Windows XP par Microsoft. Dans les autres divisions, les ventes de logiciels sont restées stables sur un an, tandis que la division grandes entreprises (serveurs, équipement de stockage et de réseaux) a souffert (-2%), de même que les imprimantes (-4%).