Hausse inédite du chômage des séniors entre 2008 et 2011

  • A
  • A
Hausse inédite du chômage des séniors entre 2008 et 2011
Partagez sur :

Si le taux d'activité des 55-64 ans a progressé, il s'est accompagné d'une forte hausse du chômage...

Dans sa dernière étude, l'institut national de la statistique a "photographié" le marché du travail en 2011. Parmi les principaux faits marquants, l'INSEE souligne la "hausse inédite" du chômage chez les plus âgés, depuis 2008. Taux d'activité des 55-64 ans en deçà de la moyenne de l'UE mais en hausse A seulement 44,4%, le taux d'activité des travailleurs seniors est bien en dessous de la moyenne européenne qui se situe à 50,9%. En Allemagne, pays souvent cité en point de comparaison, il atteint même 64%...! "Ce taux bas traduit une participation particulièrement faible des 60-64 ans au marché du travail en France, qui s'explique par des âges légaux de départ en retraite plus précoces", souligne l'Institut national de la statistique. Malgré tout, avec la réforme des retraites, entrée en vigueur le 1er juillet 2011 pour porter progressivement l'âge de départ à la retraite de 60 à 62 ans, le taux d'activité des 55-64 ans a progressé l'année passée, se situant 3,8 points au dessus de son niveau de 2005. Une progression de l'activité qui s'accompagne d'une hausse du chômage Avec la crise, le taux de chômage des 55-64 ans est passé de 4,6% en 2008 à 6,5% en 2011, même s'il reste bien en dessous de la moyenne française, soit 9,2%. De même, peu de seniors sont embauchés sous un contrat temporaire (CDD, intérim) mais leur part a progressé de 1,4 point depuis 2005 et même de 2,7 points chez les 60-64 ans, ce qui représente 10,1 % des emplois salariés en 2011. Les contrats de génération, la solution ? Pour tenter d'enrayer la hausse du chômage des jeunes mais aussi des seniors, le gouvernement a présenté au début du mois ses "contrats de générations" qui visent à embaucher un jeune en CDI tout en maintenant un senior en activité jusqu'à sa retraite. En contrepartie, l'Etat versera des avantages financiers pour les entreprises de moins de 300 salariés seulement. Pour les entreprises de plus de 300 salariés, ces contrats seront obligatoires et assujettis à une négociation sous peine de sanctions.