Hausse des prix du pétrole pour terminer l'année

  • A
  • A
Hausse des prix du pétrole pour terminer l'année
Partagez sur :

Le cours de l'or noir a grimpé de plus de 1,5% ces dernières 24 heures, après de nouvelles menaces de Téhéran de fermer le détroit d'Ormuz...

L'Iran menace la communauté internationale et fait flamber le pétrole... Alors que Téhéran est mis sous pression sur la question nucléaire, le cours de l'or noir a grimpé de plus de 1,5% ces dernières 24H00, de retour au-dessus de 101$ pour le WTI américain et de 109$ pour le Brent de Mer du Nord, après de nouvelles menaces de Téhéran de fermer le détroit d'Ormuz. Ce matin, les cours consolident légèrement à 101,05$ pour le WTI et 108,60$ pour le Brent. Hier, le premier vice-président de la République islamique, Mohammad Reza Rahimi, a affirmé que le pétrole cesserait de transiter par le détroit d'Ormuz si les exportations iraniennes d'hydrocarbures faisaient l'objet de sanctions internationales. Un éventuel blocus du détroit d'Ormuz perturberait gravement les livraisons de pétrole, dont environ un tiers des volumes transportés par mer transite par ce passage de seulement 6,4 km de large entre le Sultanat d'Oman et l'Iran... Les tensions entre Téhéran et la communauté internationale se sont aggravées après la publication, le 8 novembre dernier, d'un rapport de l'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), affirmant que Téhéran a bien cherché à se procurer l'arme atomique... Début décembre, l'Union européenne a ainsi indiqué réfléchir à un possible embargo sur le pétrole de l'Iran. Et depuis samedi dernier, la marine de guerre iranienne a débuté un exercice de dix jours dans le détroit d'Ormuz et les zones avoisinantes.... Les cours du pétrole ont regagné 5% depuis le mi-décembre sous l'effet de ces tensions, et ont même bondi de 30% sur le WTI depuis leurs points bas annuels du début octobre (le WTI était tombé à 76,47$ le baril le 3 octobre dernier). Après un début d'année en fanfare lié aux "printemps arabes" et à la guerre en Libye qui a cessé sa production pendant plusieurs mois, le cours de l'or noir avait chuté à l'automne face aux signes de ralentissement de la croissance mondiale. Mais l'instabilité persistante liée au Moyen-Orient, notamment en Iran et en Syrie, autre producteur de pétrole, ont contribué à soutenir les cours du pétrole en cette fin d'année... Depuis le 1er janvier, les barils de Brent et de WTI affichent des hausses respectives de 15% et de 11%.