Gaz de schiste : les alternatives à la fracturation hydraulique sont à l'étude

  • A
  • A
Gaz de schiste : les alternatives à la fracturation hydraulique sont à l'étude
Partagez sur :

Cette technique est très critiquée pour le moment...

La question de l'exploitation des gaz de schiste en France n'est pas encore enterrée... L'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst), va entamer une étude sur les techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels.  Une technique interdite en France Le sujet de l'exploitation et de l'exploration des gaz de schiste, interdites en France depuis 2011, a suscité le débat en France. D'une part, la technique de fracturation hydraulique, est largement contestée pour ses effets destructeurs sur l'environnement. D'autre part, plusieurs économistes et industriels ont appelé le gouvernement à ne pas se priver de ressources énergétiques importantes. "Nous ne disons pas qu'il faut exploiter cette nouvelle ressource énergétique à tout prix mais que la France a le devoir d'évaluer ses ressources potentielles, une possibilité unique de développer des modes d'exploitation propre et une opportunité de faire un choix éclairé par un vrai débat une fois les données françaises connues", écrivaient une vingtaine d'industriels en septembre dernier. Un appel également lancé par Louis Gallois, auteur sur le rapport "compétitivité". "Je conseille de poursuivre la recherche sur les techniques d'exploitation propres", avait-il déclaré lors d'une audition en commission sénatoriale, en novembre dernier. Rapport attendu fin 2013 Dans ce contexte, l'Opecst a pleinement confirmé l'intérêt de ce rapport. Parmi ces autres techniques, il cite la stimulation au propane, déjà pratiquée en Amérique du Nord, et qui "mérite l'examen". "D'autres technologies sont envisagées en recherche et susceptibles d'aboutir à des applications d'ici à une dizaine d'années", ajoute-t-il. Un rapport d'étape sur les tenants et les aboutissants de ces techniques sera publié au printemps prochain, l'étude finale étant attendue pour la fin de l'année.