Free : "Vous pouvez nous prendre au sérieux" sur la 4G, assure Max Lombardini

  • A
  • A
Free : "Vous pouvez nous prendre au sérieux" sur la 4G, assure Max Lombardini
Partagez sur :

"On s'est dit que c'était trop cher", justifie l'opérateur, fidèle à son discours...

Après la polémique sur la nouvelle offensive de Free, filiale d'Iliad, dans la 4G, le directeur général de l'opérateur, Max Lombardini, justifie son projet. L'idée est donc de lancer la "quatrième génération" au même prix que la 3G : "On s'est dit que c'était trop cher. On a eu la même impression qu'il y a deux ans, que c'était No�"l, que les opérateurs se sont dit 'tiens on va se gaver', on s'est dit 'ce n'est pas possible, c'est notre mission de remettre les prix de la 4G à leur juste prix'", a-t-il expliqué mercredi sur BFM Business. Alors que certains observateurs ont évoqué une offensive purement "marketing", Max Lombardini a rejeté l'hypothèse d'un lancement de cette offre au moment de No�"l, pour faire face à un ralentissement des recrutements. "Les investissements qui sont nécessaires pour monter un réseau de la 3G à la 4G, selon nous, ne justifient pas d'augmenter fortement les prix, comme nos concurrents ont commencé à le faire", estime le directeur général de Free. Il a déclaré qu les investissements pour la 4G correspondaient "presque à la maintenance d'un réseau", avec des équipements intégrés sur des sites dont le financement était déjà prévu, à hauteur d'environ 100.000 euros par antenne, soit 500 millions pour rattraper Bouygues et ses 4.600 antennes activées - l'opérateur est actuellement le plus avancé dans la course à la 4G. Une offre sans réseau ? "Vous pouvez nous prendre au sérieux", a assuré Marc Lombardini, alors que les doutes enflent sur la qualité du futur réseau, et que le gouvernement a même appelé les consommateurs à "consulter la carte de couverture des opérateurs". "Nous sommes en train de construire ce réseau. On a 700 antennes aujourd'hui mais il y en a des centaines qui vont etre installées dans les semaines et les mois qui viennent". Selon BFM Business, Free affiche seulement 50 nouvelles installations par mois. "On a un objectif d'avoir 75% de la population couverte dans un an, en janvier 2015, si on y est pas, on sera sanctionnés vraisemblablement donc on a un vrai intérêt à y être", a indiqué le dirigeant. "Nous n'avons pas peur d'une offre sans réseau", taclait mardi Orange, par la voix de Delphine Ernotte Cunci, dirigeante d'Orange France. Dans un entretien à Reuters, elle évoquait "un bel effet d'annonce" mais qui "ne correspondait pas à une certaine forme de réalité". "Moi ça ne me fait pas reculer. Je pense que la 4G a de la valeur et notre intention est bien de valoriser la 4G", a-t-elle expliqué. "On va augmenter les tarifs je vous le confirme", a-t-elle poursuivi, en précisant que le premier opérateur télécoms français réactualiserait ses offres mobiles début février.